J’imagine que certain(e)s d’entre vous sont encore en vacances mais je souhaite aujourd’hui attirer votre attention sur la récente opération d’open design organisée par Mozilla. Vous connaissez la fondation Mozilla, autant pour ses outils comme Firefox ou Thunderbird mais aussi pour son design généralement de qualité, son souci de certains détails et son univers graphique parfois décalé. Pour avoir eu la chance de travailler il y a quelques années au sein de Mozilla, à Paris ainsi qu’en Californie, j’ai pu voir l’exigence des designers et la place que le design pouvait prendre au sein de Mozilla et cela était plutôt plaisant !

Mais voilà, récemment, on a pu lire la nouvelle, Mozilla a lancé un projet tourné vers l’open design, autrement dit, vers la communauté. Ainsi, c’est via la communauté que Mozilla s’est tourné pour mettre à jour leur identité de marque. Tout le monde est invité à créer, à contribuer, et ce sont les commentaires des internautes sur les travaux réalisés qui pourront faire émerger la meilleure identité visuelle possible.

Ou pas.

Parce que oui, sont en lice un ensemble de plusieurs logos, je vous laisse les découvrir plus bas, et les avis de chacun (souvent du j’aime / j’aime pas) ne se sont pas fait attendre, notamment sur Twitter. Mais avant de découvrir ces logos, n’hésitez pas à consulter la page de Mozilla sur l’open design. Cette page très intéressante rappelle les quatre étapes de l’open design pour Mozilla :

  • L’idéation : il s’agit d’une phase d’exploration des différentes directions basées sur la stratégie, le positionnement et la personnalité de la marque Mozilla. Dans cette phase initiale, les équipes de Mozilla sont ouvertes à toutes les idées possibles.
  • La conception : il s’agit d’une phase dans laquelle les équipes de Mozilla sélectionnent quelques concepts, les partagent en ligne et invitent les designers et les non-designers à dire ce qu’ils en pensent.
  • Le raffinement : il s’agit ici d’un travail plus contraignant, plus précis et ciblé afin de tester les différents concepts pour déterminer quels sont ceux qui fonctionnent le mieux auprès des communautés de Mozilla, auprès des campagnes de communication, auprès du grand public, etc. À la fin de cette phase, il est censé avoir une sélection finale.
  • L’orientation : ici c’est la production du contenu et sa déclinaison pour l’usage. Sont créés des guides de style et tout une campagne qui cherche à présenter la nouvelle marque dans le monde entier.

Les logos de Mozilla créés dans un processus d’open design

moz1 moz2 moz3 moz4 moz5 moz6 moz7

Chaque logo est détaillé et commenté sur CreativeReview, mais à première vue, aucun ne détrône le logo actuel. Pire, la plupart des logos n’ont aucun concept, sont mal composés, sans parler de l’harmonie des couleurs, de la complexité de certains et de la platitude des autres. Et pourtant, les bonnes volontés qui ont participé à la création de ces logos ont sûrement fait de leur mieux, je pense qu’il ne faut pas critiquer ces participants. Alors, est-ce dû à l’open design ? Est-ce dû au brief de départ ? Est-ce que Mozilla aurait dû faire appel à une agence ? Est-ce qu’un petit miracle se produira entre temps et d’un de ces logos naîtra quelque chose à la hauteur de l’image de Mozilla ?

L’open design

Je ne suis pas vraiment expert en open design mais l’on se réfère à la définition de Wikipedia, l’open design consiste en la conception de formes de design (ça peut être donc… à peu près tout) à partir de connaissances partagées publiquement et d’outils open source. La définition se poursuit aussi dans le fait que l’open design permettrait de concevoir le produit final par les utilisateurs, plutôt que par un intervenant externe ou une entreprise privée. Mozilla n’est pas le premier à se lancer dans ce domaine, je vous parlais il y a quelques temps sur Twitter du projet open design de Captown, ou encore de cet ensemble d’objets modulables et open source réalisés par un designer.

Enfin, je ne suis pas le seul à savoir que faire « voter » un logo sur Internet est une mauvaise idée (non-connaissance des enjeux, des techniques, de la qualité du logo, etc.). Ainsi, peut-être que pour intégrer la communauté directement au cœur du processus, Mozilla aurait pu proposer à sa communauté de choisir parmi une sélection de designers / d’agences (avec leurs projets) ? Ou alors sélectionner parmi sa communauté, les participants qui pourraient rencontrer les designers de Mozilla, être épaulés, et construire ensemble, plusieurs logos autour de la même table ? L’écoute de la communauté est primordiale, autant dans son expertise (je suis sûr qu’il y a dans la communauté Mozilla des professionnels de la typo, de la couleur, de l’identité de marque…) que dans son regard curieux et éclairé.

Bref, je sens que l’open design n’a pas fini de me questionner encore longtemps, en attendant, rendez-vous dans deux semaines pour voir les résultats de ce projet d’open design pour Mozilla.




8 commentaires

  1. Mwouai.

    Je sais pas trop qu’en penser de tout ça… J’ai l’impression de voir des planches de créa. du même niveau que quand on commençait notre BTS Design Graphique tu sais … x)

    Tu as encore des contacts chez eux pour en savoir un peu plus sur le fond de ce projet d’open design?

    Allé je me lance: je trouve ça dommage qu’une fois de plus on fasse de « l’open » sur des sujets d’identité qui sont déjà pas facile à traiter en petite équipe, peut-être au détriment d’une démarche « open » de design prospectif (#fictionestulà) sur le futur des navigateurs Web par exemple. Où là l’implication de la communauté et le foisonnement des idées seraient une vraie aubaine pour eux pour prendre le lead de ce marché bien concurrencé par Chrome qui a quand même pas mal gagné de terrain si on regarde les stats w3c.

    Du coup ça permettrai d’impliquer pas seulement les pro. (typo, kooleur, designer ui, ux, et tout les autres…) mais aussi le monsieur tout le monde qui aime bien réfléchir et se projeter un peu plus loin que le bout de son jardi-nez, poil au pieds.

    Et dans une démarche de conception en design ça alimenterait énormément la « phase 1 » d’idéation et pourrait ouvrir des champs auxquels les designers, ingénieurs, codeurs, penseurs, etc, n’auraient pas songé. Un peu à la https://fold.it/portal/

    Bref comme malheureusement (et heureusement #pharmakon) tout le monde de nos jour est en capacité de télécharger Photoshop et/ou Illustrator, bah ça donne ce genre de projets « d’open design » ou des gonzes qui n’y connaissent rien en design graphique se mettent à pondre des logos chelous qui finiront sur au mieux sur http://soixante-millions-de-graphistes.tumblr.com/ .

    Allé tchuss au plaisir de te lire Geoffrey et n’hésite pas à me dire si je dis des grosses conneries ça m’améliorera sûrement plus que si tu me dit que j’ai raison ;D

  2. Honnêtement, j’ai beaucoup rit quand j’ai vu les propositions et j’imagine le very-bad-buzz si Mozilla avait choisi le M.C. Escher ou l’œil, mais en seconde lecture et avec un petit peaufinement, le protocole M:// est plutôt bien dans le thème, j’espère que ça sera le gagnant !

    D’autant que Fx a une identité graphique forte et moderne (surtout quand ils ont sorti FxOS), limite j’aurais bien aimé un Godzilla aussi moderne que le Renard de Firefox OS

    ([notroll] je sais, Firefox = Panda Roux, mais le logo est quand même un renard hein…)

  3. Interessante prise en compte de l’open design.
    Cela me fait penser a cette TED conference donnee par l’excellent Roman Mars a propos des designs de drapeaux. A un moment il explique en qui c’est important d’avoir un design simple pour que le citoyen puisse s’en emparer et devenir le porteur de valeurs d’une ville ou d’un pays, ainsi que le medium pour vehiculer ces valeurs.

    https://www.ted.com/talks/roman_mars_why_city_flags_may_be_the_worst_designed_thing_you_ve_never_noticed?language=en

  4. En termes de communication, d’image, c’est assez troublant de voir une structure demander à ses clients (ou “usagers”, ou “utilisateurs”) comment ils aimeraient la voir s’habiller. Ça ressemble un peu à un peep-show : “cabine 6 vous avez Mozilla en tenue de secrétaire. Vous n’aimez pas ? Pas de problème. Mozilla, change-toi, met le costume d’infirmière. Et là, c’est mieux ?”. De voir Mozilla penser comme une entreprise me fait penser aux villes qui ont fait de même dans les années 80 (cf. Annick Lantenois, Le vertige du Funambule), alors qu’en tant que « communauté à but non lucratif », Mozilla aurait pu s’affranchir de toutes ces lois marketing concernant sa communication, basé sur le concept du “client roi” (roi à qui pourtant on a coupé la tête à la Révolution), et y appliquer son mode de pensée alternatif.

    Et puis, faire croire à n’importe qui qu’un avis fondé uniquement sur l’affect peut prévaloir sur tout autre avis argumenté par une expertise professionnelle me paraît alimenter un peu plus la méfiance populaire vis-à-vis de nos métiers. Un site de création de logo, machinepub, le dit clairement : “Aucun besoin de designer” (cf. article sur le site de l’AFD : http://www.alliance-francaise-des-designers.org/blog/2016/03/04/-aucun-besoin-de-designer.html). C’est notre fardeau, comme les médecins et l’automédication, ou les salles de spectacles et le concept populiste de “Culture pour chacun” de Frédéric Mitterrand. Quand bien même la majorité aurait un avis commun, peut-elle l’imposer sans faire preuve en amont d’une réflexion honnête ou d’une connaissance du domaine concerné ? Les options à disposition sont maigres : “J’aime” ou “Je n’aime pas”. Mais jamais de “Je m’en tape” ou de “Je ne sais pas” (dans le sens, “je n’ai pas les connaissances pour répondre, mieux vaut demander à quelqu’un qui les a… un pro, par exemple”). Appliqué à d’autres domaines, ce serait tout aussi ubuesque : “Oui je sais, c’est vous le chirurgien, mais en tant que patient, je ne m’opérerai pas comme ça. Et je sais ce que je dis, je suis secrétaire de direction”.

    Il y a des spécialistes, dans tous les domaines. Il faudrait maintenant que les entreprises assument entièrement leur choix quant aux spécialistes à qui elles confient leurs projets et aux solutions qu’ils apportent. Il faudrait aussi que celui qui n’a pas d’avis ou qui ne sait pas l’assume sereinement, plutôt que de donner un avis coûte que coûte, sous prétexte qu’on le lui demande. Et il faudrait que certains spécialistes pensent parfois davantage avec leur cerveau qu’avec leur ego, pour éviter de les voir dénigrer systématiquement ce que font leurs confrères en disant à qui veut l’entendre qu’ils auraient fait bien mieux.

  5. Ils ont fait appel à une agence, johnson banks, mais avec l’idée de publier les étapes de travail (depuis juin, avant les premiers logos).
    Je n’en ferai certainement pas la future marche à suivre pour tous les projets de design, mais je vois ça comme une expérience qui correspond à l’image de Mozilla.
    J’ai lu « on dirait des planches de recherche » et je suis d’accord, mais pas négativement. Pour moi c’est exactement le principe.
    Si il s’agissait de choisir un logo sur un critère comptable, on aurait un site pour voter et un gagnant dans 2 semaines. Mozilla semble plutôt recueillir les réactions. Peut-être peut-on leur laisser une chance de faire un tri pertinent entre les critiques pensées et argumentées et les « j’aime pas. c moisi, on dirait un taf d’étudiant » et de s’en servir avec discernement pour orienter le travail.

    Pour moi, la première vague de logos fait dans le pire et le… bonne base, en passant par le pourquoi-pas-mais-l’exécution-est-à-revoir-complètement. J’espère juste par la suite une ouverture plus large que des mugs et des casquettes.

    Et si l’expérience ne donne pas de résultat satisfaisant, ils pourront toujours recommencer en suivant la voie classique, au prix probable certes, d’une ou deux semaines de moqueries.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *