Faire les choses à la main. Faire les choses soi-même. Hacker, détourner, transformer, laisser son empreinte, essayer, rater, recommencer… Autant de processus d’appropriation d’une technique, d’un support, d’un espace qui permettent la pleine créativité ! C’est justement cette pleine créativité qu’un certain Norman McLaren a expérimenté lors d’une époque pas si lointaine où les films se tournaient encore avec des bobines. Norman n’est pas né en 1987 mais en 1914 au Royaume-Uni et il est aujourd’hui considéré comme un des grands maîtres du cinéma d’animation mondial. Mieux que Tim Burton, vous imaginez 😉

An Optical Poem, 1938

Norman McLaren en plein travail

nor2zou

Entre expérience culturelle et politique, Norman a expérimenté de nombreuses techniques liées au film. Il a peint des pellicules, il a gratté des films, il a fait de la prise de vue réelle, du stop motion, de la pixilation (de l’animation en volume où acteurs réels et objets sont filmés image par image) ou encore du dessin animé. Comme me le précisaient mes professeurs en école d’art, derrière Norman McLaren se cache avant tout les techniques de Émile Cohl, un des inventeurs du dessin animé. Je vous présente une de ses plus célèbres réalisations ci-dessous.

Ce qui marque aussi Norman, c’est bien évidemment son rapport à l’image mais aussi celui au son, dessinant directement la piste sonore optique de ses films. Il s’était même créé un système de repères, établissant des correspondances entre espaces des traits et notes de musiques, auquel il ajoute des masques afin de créer des ondes sonores simples ou plus complexes. Pour découvrir son travail en détail, en intégralité et aussi comprendre toutes ses techniques, Peter Gabor a diffusé intégralement le documentaire que je vous présente ci-dessous. Peter décrit Norman McLaren comme une de ses plus belles aventures intellectuelles.

Enfin, si l’envie vous prend de retrouver l’intégralité de son travail, le site de l’ONF (l’Office National du Film au Canadapublie intégralement ses réalisations… C’est très souvent impressionnant ! Pour finir, j’ai relevé cette drôle de coïncidence, Norman McLaren, cet explorateur de la vidéo est décédé en 1987… date à laquelle est né le célèbre Youtuber Norman Thavaud 😉

Merci Peter 🙂




2 commentaires

  1. merci bcp Geoffrey, je raconterai sur mon blog ma découverte de Norman McLaren, et je suis en train de terminer la mise en ligne d’ici ce soir du Vol 6 qui manquait à la collection. Bien sûr j’ai acheté le coffret entier voici déjà longtemps, et ça me démangeait de le faire connaître aux jeunes et étudiants d’écoles d’art qui ont trop tendance à oublier leurs mains. Tu as cent fois raison de rappeler que le création est d’abord l’affaire de l’homo faber. C’est ainsi d’ailleurs que Paul Gabor se définissait… en rigolant bien entendu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *