En 2009 je vous présentais déjà sur ce blog, Sarakanda, une typographie destinée aux dyslexiques. Quelques années plus tard en 2011 apparaissait Dyslexie, un autre caractère dont le but était le même. Aujourd’hui, c’est avec plaisir que je découvre et vous partage OpenDyslexic, une nouvelle police open source créé pour augmenter la lisibilité aux lecteurs dyslexiques.

dys

Vous le savez peut-être, la dyslexie a été décrite pour la première en 1896, comme un trouble spécifique qui ne présente pas de déficit intellectuel, pas de troubles psychologiques ou psychiatriques mais autre chose. D’autant plus que la dyslexie apparaît dans tous les milieux socioculturels. Il y a bien évidemment plusieurs types d’affections : dysphrasie, dysorthographie, dysgraphie, dyscalculie, tout dépend de chacun et cela touche environ 8 % de la population mondiale

OpenDyslexic

La police de caractères comprend les caractères régular, bold, italic et aussi bold-italic. Composée de deux caractères : l’OpenDyslexic et l’OpenDyslexic-Alta, l’ensemble de cette police d’écriture est là aider à la lecture. Elle est continuellement mis à jour et améliorée en fonction des commentaires des autres utilisateurs dyslexiques. Il n’y a aucune restrictions sur l’utilisation de OpenDyslexic en dehors de l’attribution du projet. Côté dessin, vous allez le voir, les lettres ont des formes pondérées et accentuées sur certaines courbes pour indiquer leur direction. L’idée est également de renforcer la ligne de base du texte, non plus pour fluidifier le mot mais toute la phrase.

Quelques exemples de l’utilisation de OpenDyslexic example lettresabc2

J’espère que cela pourra en aider certains, il faut essayer si la lecture est plus rapide, plus aisée. Et même si ça n’est pas la typo la plus élégante du monde, il faut essayer. Et comme le projet est opensource, je suis sûr que si il avait été contemporain de célèbres dyslexiques comme Léonard de Vinci, Auguste Rodin, Hans Andersen, Thomas Edison ou encore Albert Einstein, ceux-là auraient contribué volontiers à l’amélioration de cette typo !

Téléchargements

Cette typo est gratuite et disponible directement sur la page de OpenDyslexic




9 commentaires

  1. J’apprécie énormément cette création. Non pour ses qualités esthétiques comme tu l’as si bien soulevé, mais parce qu’il correspond à un paradigme majeur qui ne concerne pas seulement les dyslexiques. Du gris typographique. J’ai passé ma vie à travailler ces gris pour que la texture d’un texte soit la plus neutre possible. Afin que l’œil ne rencontre aucune difficulté de fixation. Or c’est très exactement le contraire qu’il eut fallu travailler. Les accidents. C’est Catherine Zask qui m’a mis sur la voie voici quelques années. Qui a travaillé sur l’exagération de certaines intervalles entre les mots. Étude o combien sérieuse et révélatrice d’un souci, celui de rompre l’inattention. Rompre l’ennui du gris typo bien élevé et destiné à des lecteurs chevronnés. Les dyslexiques lisent beaucoup. En tous cas j’en ai connu. Mais leur perception des lettres est totalement différente de la nôtre. Un orthophoniste me disait un jour qu’ils voyaient certaines lettre en 3D. Compliqué pour nous d’imaginer mais avec Aftereffects on pourrait y arriver (lol). Toujours est-il que l’exercice ci-dessus correspond bien à ce besoin de rompre l’ennui et la régularité afin de donner tel le Petit Poucet qui lâche les cailloux sur son chemin, des repères de lecture et permettre à l’esprit de s’ancrer dans le fil du texte.

    1. Oui, un Dyslexique va lire beaucoup plus facilement si les caractères ont des « aspérités » de même, changer de police de caractère, de mise en page, de style… régulièrement permet une meilleure lecture.

  2. Si vous croyez que cette typo va convenir à tous les dyslexiques vous pouvez vous mettre le doigt dans l’œil!
    <:O)

    La cause de la dyslexie est connue, c'est dû à un discret trouble de la vision binoculaire appelé hétérophorie (rien à voir avec le strabisme) causé par la malformation de muscles oculomoteurs (il y en a 6 par œil).
    Les conséquences varient selon le degré et les muscles concernés. C'est héréditaire
    Ce trouble de la vison binoculaire génère des saccades oculaires facilement détectables.
    Cela explique pourquoi certains enfants ont la sensation que les lignes sautent et/ou que les lettres clignotent. C'est pour ça qu'un développeur à fait cette simulation:
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2016/03/08/ce-que-voit-un-dyslexique-en-lisant/
    Si vous voulez un constat plus scientifique cherchez à « eye tracking »:
    on montre que les enfants dyslexiques ont un regard saccadé lorsqu’ils lisent,
    bien plus que les enfants non dyslexiques.

    Ce trouble ne se limite pas à un simple problème de convergence/divergence.
    Si c’était le cas le problème aurait été réglé depuis longtemps…
    Il y a aussi cyclophorie (oeil qui tourne sur lui-même) et hyperphorie (déclage vertical).
    C’est l’hyperphorie qui explique le déplacement de la barre verticale
    près du rond et qui donne l’impression de voir un « d » ou un « b » ou un « q ».
    Pour aider un dyslexique à lire il faut augmenter l'interlettrage, avoir des lettres avec des jambes bien marquées. Agrandir les lettres les aide beaucoup.

    C’est bien de chercher à compenser le handicap des dyslexiques de différentes manières
    mais ce serait encore mieux de les détecter le plus tôt possible et de les soigner le plus tôt possible.
    Le meilleur traitement c'est micro-secteurs accompagnés, bien souvent de prismes.
    Pas besoin d'opérer.
    Quand c'est bien fait le patient se redresse en quelques instant car la posture vient des yeux
    (et les semelles censées redresser les gens ne servent, généralement, que pour la facture).
    Pas besoin de faire de nombreuses séances de soins.

    Tous les "dys" sont hétérophoriques.

  3. Comme l’évoque MG, ces solutions typographiques n’aideront pas tous les dyslexiques, mais en aideront certains.

    Il est particulièrement pertinent pour les profs des écoles ayant des élèves dyslexiques d’évaluer si la lecture est plus facile avec ou sans ce genre de typographie, afin de s’en servir en permanence dans le cas positif.

    Une des autres astuces efficaces est la coloration syllabique : en changeant de couleur à chaque syllabe, certains enfants parviennent à lire beaucoup plus aisément. Mais là encore, ce qui fonctionne pour certains dyslexiques ne fonctionnera pas pour tous.

    L’important, c’est surtout d’essayer d’aider 🙂

  4. @ Gaël
    Je doute que changer de couleur à chaque syllabe aide les dyslexiques à mieux identifier les lettres…
    Au mieux cela peut leur donner une aide pour prononcer correctement des syllabes d’après leur code couleur. Mais est-ce vraiment de la lecture ?
    Ils seront perdu dès qu’ils tenteront de lire des documents normaux…

    La seule solution c’est de soigner leur hétérophorie qui est la cause des « dys », dont la dyslexie. L’idéal ce serait de le faire le plus tôt possible pour que la dyslexie ne s’installe pas. Très tôt, près de 80% de nos connaissances viennent de l’écrit !

    Vous dites que « L’important, c’est surtout d’essayer d’aider  » mais c’est ce que font quasiment tous les parents. Le problème c’est qu’il faudrait arrêter de faire n’importe quoi.
    On a vu des « professionnels de la santé » tenter de soigner des dyslexiques en leur mettant une bouteille d’eau en équilibre sur la tête. Si on avait la même photo en remplaçant l’enfant par une otarie il y aurait eu des protestations…
    Si vous voulez un avis objectif sur les « soins » que l’on fait subir aux « dys » recherchez donc des témoignages sur la durée des séances d’orthophonie ou de psy. Très vite vous en trouverez qui durent depuis des années!
    Tant que vous y êtes cherchez donc le nombre de bilans et la listes des intervenants susceptibles d’aider les « dys ». C’est effarant.
    Très tôt on inflige à des enfants des emplois du temps de ministre sous prétexte de les aider.
    Des parents en arrivent à ruser/négocier pour que leur enfant aille tout de même voir le neuropsy, l’orthophoniste, etc.
    Ces séances ne font, au mieux, que de la compensation de handicap. Elles ne devraient pas durer plus d’un an. Pour les « dys » il faudrait se rappeler ce principe de base de la médecine:
    un traitement qui dure est un traitement qui a fait la preuve de son inefficacité.

    L’origine des problèmes des « dys » est bien médicale. Malheureusement de nombreux PARA-médicaux se sont présentés comme leurs professionnels de la santé car ils se sont focalisés sur les conséquences de leurs état au lieu d’en chercher la cause. Il y a aussi des « spécialistes des dys » qui font des conférences, des publications sans avoir de compétence en médecine, ce qui ne gêne pas du tout pour donner leur avis sur des questions purement médicales… Mais ils doivent être sérieux car ils ont un beau logo!
    <:O)
    La plupart des publications sur les "dys" ne sont que la littérature car rien n'est vérifiable.
    Parents de "dys" fuyez les méthodes Paypal®, ces séances de "soins" à répétition.
    La seule chose qui compte c'est ce qui donne des résultats (visibles) rapidement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *