Hello 🙂

Ce matin je lisais l’article du designer Jared Spool qui expliquait en quelques mots pourquoi, pour un designer, l’expérience primait sur le reste. J’ai trouvé son texte intéressant car il fait écho à ma vision des choses que je vous préciserai à la fin de cet article. En attendant, j’ai pris le temps de traduire son article en français pour vous le proposer, ici, à la lecture 🙂

« Le talent n’est pas difficile à repérer. Nous le voyons quand quelqu’un agit et accomplit quelque chose avec facilité, quelque chose avec laquelle, chacun doit se battre pour y arriver. Regardez n’importe quel jeune musicien et artiste accompli ou encore ces stars du sport, ils sont évidemment ce qu’on appelle des gens talentueux. Pourtant, quelle est la part de talent dans ce qu’ils réalisent vraiment ? Cette jeune pianiste de 12 ans qui éblouit le public avec ses concertos de Bach, bien sûr, elle a du talent, mais regardez de près et vous verrez qu’il s’agit de quelqu’un qui a pratiqué son art pendant des années. Elle a suivi des cours et s’est exercée sur le clavier pendant des heures et des heures chaque jour.

Tandis que le talent est une chance avec laquelle nous avons des facilités, avec laquelle nous sommes nés, les compétences, elles sont quelque chose que nous devons acquérir. Etudiez bien, pratiquez souvent et suffisamment longtemps et vous atteindrez la maîtrise.

Dans le design, c’est également le cas. J’ai rencontré des designers qui ont manifestement des facilités dans leur métier, mais la plupart d’entre eux ont n’ont manifesté ces facilités qu’après des années de pratique. Ils ont travaillé dur pour apprendre les outils, apprendre à lire le design. Ils ont toujours étudié le travail des autres, d’abord en imitant puis en maîtrisant la technique et enfin de l’adoptant pour tracer leur propre route.

Il est vrai que le talent peut amener les designers à une maîtrise rapide mais ils se doivent de développer leur maîtrise encore plus loin que celle de leurs pairs.

Pourtant, tous ceux que j’ai rencontrés et qui sont vraiment géniaux (et j’ai rencontré beaucoup de grands designers), sont arrivés là parce qu’ils ont travaillé dans ce but. Le design n’était pas quelque chose de naturel. La grande de l’expérience est ce que ces grands designers partagent tous. Diversifier les projets, diversifier les équipes avec lesquelles ils travaillent, diversifier les clients avec qui ils collaborent, tout ce qui apporte une expérience supplémentaire est une richesse supplémentaire pour le designer.

Chaque fois qu’ils changent quelque chose dans leur travail, ils doivent réévaluer ce qu’ils croient être vrai. Ils doivent peaufiner leurs compétences à chaque nouvel environnement. Ils doivent se demander, « Qu’est-ce que nous devons changer ? Faire différemment? »

Si vous me fréquentez assez longtemps, vous entendrez un de mes aphorismes préférés: « Un bon jugement vient de l’expérience et l’expérience vient de mauvais jugements ». J’ai constaté que les grands designers prennent des décisions éclairées beaucoup plus rapidement car ils ont des années de pratique dans le design et dans la prise de décisions. Ils ont une vaste expérience. Ils peuvent reconnaître des tendances importantes et ils ne cessent jamais de pratiquer leurs compétences de base.

Ne vous inquiétez donc pas si vous jugez que vous n’avez pas « assez » de talent, cela ne suffirait pas de toute façon. Apprenez des compétences, pratiquez constamment, sortez de votre environnement pour acquérir de nouvelles expériences. Telle est la voie pour être un grand designer.

Le talent fait la différence uniquement lorsque nous avons déjà maîtrisé totalement les compétences et lorsque nous avons une expérience extrêmement grande. Ce qui sépare les grands designers de tout les autres designers, ce n’est pas de leur talent, ce sont leurs compétences et leur expérience. Le talent est la chose la moins importante de ces trois attributs. »

Ce qu’écrit Jared m’intéresse particulièrement et fait écho avec ce documentaire sur la vie de Charles & Ray Eames, un couple de designers qui exerçait leur savoir-faire (et non leur talent ;-) ) et qui aura changé le design au 20e siècle.

Cela fait également écho à ma pratique du design. En effet, depuis sept ans que je travaille, j’ai toujours refusé de me faire embaucher dans une entreprise, que ce soit en CDI, CDD, etc. J’ai toujours voulu rester designer indépendant, voguant de projets en projets, gardant également contact avec des projets pendant plusieurs années.

L’idée pour moi étant de pouvoir :

  • avoir de nombreuses expériences dans de nombreux domaines (print, interface, web, conseil, identité, stratégie, enseignement, affiche, etc.)
  • croiser ces expériences entre-elles pour les enrichir (interface en papier, méthodologie du design, etc.)
  • avoir de nombreux collaborateurs pour apprendre d’eux, de leurs succès, de leurs erreurs (et j’ai travaillé avec beaucoup de startups pour ça…)
  • pouvoir apprendre de tout ceci pour monter mes propres projets (de services, d’applications, de livre, etc. ça n’est pas les idées qui manquent :D)
  • expérimenter, échouer, réussir (l’expérience passe aussi par là, « try fast, fail fast », « design or perish », etc.)
  • voguer de projets en projets (pour avoir des compétences pointues, des domaines de prédilection, mais jamais de spécialisation, jamais je ne serai uniquement un « designer d’interface » ou un « dessinateur de logo »)
  • sortir sans cesse de « ma zone de confort » (histoire de se sentir bien en vie!)
  • et surtout… conserver ma liberté. 

J’en parlais hier avec une personne qui m’est chère, les compétences sont pour moi des choses qui doivent perdurer, être entretenues toute une vie. On démarre une route (une compétence), puis on découvre une autre route (une autre compétence, un autre projet), ça n’est pas pour autant que l’on doit arrêter cette première route, au contraire, il faut qu’elle entre en roulement, en « tâche de fond », comme quelque chose de naturel, comme une façon de prendre soin de sa vie, une façon d’être.

source




15 commentaires

  1. Très bon article. Merci pour la traduction.

    Un certain Ericsson appelle ça la « pratique délibérée » applicable à beaucoup d’autres domaines:

    – Faire une tâche bien précise qui représente, à chaque fois, un défi
    – Avoir un feedback sur le résultat
    – La possibilité de répéter et de corriger ses erreurs
    – Sortir de ça zone de confort
    – Rester concentré, déterminé

    « Le nombre total d’heures passées à étudier une discipline ou à s’y entrainer est directement relié au degré d’expertise atteint. »

  2. Super d’accord

    Même en entreprise, faut faire pareil…
    Toujours être curieux, même après 18 ans de pratiques, et 13 ans en entreprise…
    Savoir switcher de techno et être ouvert aux autres..
    Cela rend de plus en plus humble en plus…

    CDT

    Un ancien ensad et aii…(y)

  3. Article et commentaires très intéressants et qui entrent en résonance avec une question que je me pose souvent : peut-on acquérir du talent quand on n’en a pas, ou très peu ? Moi qui suis secrétaire de rédaction, je suis toujours (et de plus en plus) passionné par le graphisme, et j’adorerais faire un jour une formation dans ce domaine (ou collaborer étroitement avec des graphistes), pour devenir, par exemple, maquettiste, rédacteur graphique, etc. Seulement voilà : artistiquement parlant, je n’ai à peu près aucun talent (du moins je crois). Donc : peut-on apprendre un métier créatif quand on a si peu de talent à la base ? Les expériences et les compétences peuvent-elles se substituer au talent ? Geoffrey, si tu as une analyse ou une réponse à apporter à cette question, je t’en saurai un gré infini !

  4. @Monsieur Kaplan: George : le design est donc fait pour toi 😉 Même si le talent est parfois vu comme un « don », une chose « magique », je n’ai pas la réponse à ce côté mystique. Par contre, je sais que tout apprentissage, toute tâche exercée, avec de la passion, de la motivation, de la curiosité, crée notamment des systèmes de neurones facilement activables dans le cerveau. C’est la loi de Hebb en gros ( lorsque deux neurones sont activés en même temps par un événement, ils seront plus faciles à réactiver ensemble par la suite). La créativité c’est donc ça aussi. Atteindre la créativité c’est une chose, pour le talent, on dira que c’est plus loin dans le cerveau, plus fin et correspond à d’autres mécanismes plus subtils. Mais rien de magique 🙂

  5. Argh non, pitié, pas de « dons » du ciel ou du petit Jésus. 🙁
    À mon sens il n’y a que très peu de gens qui ont un talent « inné » et souvent, on les appelle des génies. La plupart du temps il suffit d’un esprit critique, d’un environnement, quand on se construit, qui nous amènent à « avoir du talent » (et je parle de l’enfance, l’adolescence, dans la plupart des cas).
    Quand quelqu’un me parle de don, ça a tendance à me hérisser le poil. Parce que souvent, celui qui dit ça marque une très nette différence entre lui (oh il n’a pas eu de chance, le don du ciel n’est pas tombé sur lui donc c’est normal qu’il n’arrive pas à faire ce que les autres peuvent faire) et celui qui a travaillé dur pendant des années pour arriver où il en est. Cela minimise énormément le travail derrière, et les gens se rassurent en disant tout haut que l’autre à simplement eu « de la chance ».

  6. @lila:
    :mrgreen:
    J’ai l’impression que Lila connais cette expérience et/ou quelqu’un qui la vie…
    Selon moi le don n’existe pas, il peut y avoir une certaine facilité, une certaine aisance…
    Le don est un génie pour moi, une notion de technique. Un certain Thomas Edison aurait dit « Le génie est fait d’un pour cent d’inspiration et de quatre-vingt-dix-neuf pour cent de transpiration. » je crois qu’il faut ce mettre dans la peau de ces êtres.
    Je suis impressionné par votre travail Geoffrey (même si par abus de langage sur Twitter, je tutoie le monde (faut bien économiser les caractères))
    Mais je pense que oui, il faut se diversifier, la vie semble longue, je ne suis pas au bout de mes études et j’envisage des choses, trop de choses. c’est le pouvoir de ne pas s’éparpiller qui m’intéresse le plus.
    Il y a des personnes qui ont des difficultés similaires aux miennes comme Albert Einstein, Winston Churchill ou encore Léonard de Vinci, cela ne leur ont pas posé de soucis me semble-t-il, ils ont travaillés sans relache et dans plusieurs domaines, alors oui, comme eux, et comme vous je veux être libre 🙂 (désolé pour les hors sujets)

  7. Je suis également indépendant, et j’aurais vraiment du mal à retourner en entreprise. En quelques mois, mon expérience s’est tellement enrichie & effectivement, j’arrive vraiment à prendre des décisions clés beaucoup plus rapidement !

  8. Etudiant dans le domaine de l’UI et l’UX en autodidacte, je peux dire que ce texte représente la totalité de ma façon de penser. Quand j’étais petit, j’avais une certaine facilité à lire les interfaces homme / machine mais ce n’est que depuis quelques années que j’approfondie ce travail.
    Je ne sais pas si ce que j’ai est un talent « inné » ou finalement qu’une chose que tout le monde possède, mais je me suis toujours mis en tête que pouvoir exploser dans un domaine c’est avant tout par le biais de l’expérience et de l’entrainement. (le talent ici est juste une porte mieux indiquée que les autres)

  9. Bonjour, et merci pour cette dose de motivation.
    Le doute du créateur est , me semble t’il, le pire frein à son évolution/épanouissement.
    mais sans le doute, pas de remise en question et donc pas d’évolution possible.

  10. « Le talent, c’est d’avoir envie. »

    En plus d’est une baseline sympa dans une pub pour des cahier scolaires, j’ai toujours trouvé la maxime d’une justesse et d’une force incroyable.

    Un mec talentueux, c’est un mec qui a bûché des heures sa discipline. Comme dit plus haut:

    « Le nombre total d’heures passées à étudier une discipline ou à s’y entrainer est directement relié au degré d’expertise atteint. »

    Tout le reste, c’est du bullshit pour faire penser à ceux n’ayant pas travaillé qu’ils n’y arriveront pas ; ou quelque chose que ces mêmes personnes se répètent pour excuser leurs échecs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *