design

Hello à toutes et à tous !

La question du jour est la suivante : « Pourquoi les designers ne participent pas aux événements ? » Cela fait plusieurs fois que l’on me pose la question, notamment les organisateurs d’événements que je rencontre ou dans les événements auxquels je participe, auxquels je suis invité, etc. On me demande aussi souvent de lancer des appels à ma communauté de designers, de graphistes, de créatifs via Twitter, Facebook ou, ici, sur Graphism.fr !

Cependant, ma première réponse à ces organisateurs est : « c’est faux, les designers participent aux événements.. mais pas les vôtres hélas ! » En effet, ils participent à de très nombreux événements autour de la créativité et du design comme les Creative Morning, les biennales en tout genre, les soirées Dizain, les festivals de design (KIKK, WIF, OFFF, LIFT, etc.), j’en oublie volontairement.

Mais alors, pourquoi tous les…

  • startup week-end,
  • MediaLab Session,
  • Challenges,
  • Week-end créatifs,
  • Hackathons,
  • Barcamp,
  • etc.

… manquent souvent de designers. Mais pourquoi ?!

Pour ma part, je participe à de nombreux événements (en fonction de mon temps disponible) comme des startup week-end, des Media Lab Session, des Barcamp, des hackathons, en tant que mentor ou en tant que simple participant et je ne l’ai rarement regretté ;-)

1. L’imaginaire autour du designer

À mon sens, ces événements proposent aux designers (webdesigners ou designers graphiques pour la plupart du temps) de venir rendre jolies, présentables, séduisantes les créations produites pendant ces événements. Souvent j’ai vu dans ces événements, des demandes faites aux designers comme : « fais-nous un petit logo« , « rend-nous ça joli« , « crée-nous un site vitrine« , « crée-nous l’icône de notre application iPhone« … Vous vous en doutez, ce n’est pas comme ça que ça marche. Le rôle du designer n’est absolument pas limité à cela et sa position est active et transversale. Le designer crée la synthèse des problématiques, propose et réalise les réponses également. Je propose donc aux organisateurs d’événements qui souhaitent intéresser les designers, de parler leur langage, de comprendre leur problématique, leurs intérêts, le but de leur participation.

2. De trop nombreuses sollicitations

De même, la communauté des designers en France étant relativement petite, les sollicitations de ce type (participation à des événements, offrir ses talents et son temps libre…) sont nombreuses. De plus, c’est un métier qui paye bien pour 3% de sa population. Les autres travaillent dur pour gagner parfois peu. Souvent, un designer préférera se concentrer sur son travail professionnel et ses clients pour gagner son pain. Je propose donc aux organisateurs d’événements de parler de cette problématique avec les designers, de voir comment leur participation à l’événement peut être réutilisé dans leur travail « pro », sous forme d’apprentissage, d’échange de bon procédé (programmation contre du design, gestion et management contre du design, etc.)

3. Les designers ont déjà des « side-projects »

Je ne connais aucun designer qui n’a aucun « side-project » en cours. Comprenez par là que, comme le temps est limité pour tout le monde et lorsque nous autres designers sommes libérés de certaines obligations de travail, nous consacrons énormément de temps libre à concrétiser nos rêves, nos projets qu’ils soient collaboratifs, individuels, collectifs ou personnels. Je recommande donc à tous les organisateurs de projets d’inviter les designers pour réaliser ces projets (si la thématique correspond au sujet du hackathon, barcamp, etc. évidemment). De même, d’un side-project de designer pourra naître un événément participatif comme un hackathon autour de la réalisation d’un concept imaginé par un designer. Le but pourrait être d’itérer, de créer, de hacker, de détourner, d’apporter un regard critique sur ce(s) projet(s).

Enfin, dans l’organisation de tels événements, il y a souvent un staff très motivé avec de nombreuses compétences. J’invite donc les organisateurs à intégrer un designer dans leur équipe, dans leur staff afin de savoir comment ils pourront positionner leur événement et le rendre intéressant pour les designers. Tout ceci étant le début d’une réflexion qui me trotte depuis quelques temps, j’invite les designers (ce qui participent aux événements car il y en a, et ceux qui n’ont pas l’âme de s’y consacrer), les organisateurs ou les participants (développeurs, entrepreneurs, curieux…) à partager votre avis !




20 commentaires

  1. Je trouve ce sujet tout à fait passionnant car je suis très curieuse de pouvoir intégrer la réflexion d’un designer dans des évènements mais sans trop savoir où je mets les pieds, ce que je peux demander/attendre bref la méconnaissance du métier est sans aucun doute le premier frein. Néanmoins mon grand intérêt pour toutes ces questions autour du design me font dire que le designer va devenir de plus en plus incontournable pour accompagner les communicants que je suis dans leur travail. Je continue de creuser pour mieux comprendre et intégrer cette approche dans mon quotidien. Pour moi le designer est une vraie source d’inspiration.

  2. Bonjour Geoffrey,
    tu as raison, ton papier et très juste. Nous en avons parlé de nombreuses fois. Je mettrais dans cette même boucle les développeurs aussi, qui sont souvent compliqués à avoir aussi.

    Je crois que ce manque de dev/design dans nos évènements est avant tout de notre faute, organisateurs. Je tente de côtoyer un maximum de designers et développeurs dans mon quotidien pour mieux les comprendre et leur faire comprendre à quel point leur place dans les rédactions est importante, au dela du simple, logo, site vitrine et « habillage » d’un projet. (On parle de bien de design de l’information.) Dans les Medialab Session, je prone la place du designer comme un rôle majeur de la transformation des médias (de même pour les développeurs), bien au dela de la technicité de ces profils, ce sont leurs cultures qui m’interesse.

    Toutes les rédactions draguent les développeurs et designers de la place, et je pense que c’est nécessaire voir vital que des équipes pluridisciplinaires se réunissent et travaillent ensemble. J’ai pu l’expérimenter chez OWNI, et je suis convaincu que c’est une partie de la solution.

    Maintenant, comment avancer ? Que mettre en place pour trouver des solutions ?

    Je suis persuadé que le système d’Hackathon a toute sa place dans la sphère média, maintenant la question est de comprendre comment lui donner sens et faire comprendre cette problématique à tous… Réelle question, que je creuse au quotidien depuis maintenant 6 mois.

    Si vous souhaitez que l’on en parle dans les prochaines semaines, avec plaisir pour comprendre les attentes aujourd’hui des designers et développeurs.

    Romain
    @romainsaillet

  3. Je plussoie tes 3 points, Geoffrey, particulièrement le 3ème, sachant que pas mal de designers ont aussi (enfin ils essayent) une vie de famille, si en plus de nos 75h de boulot hebdo, il faut passer nos week-ends à taffer pour le plaisir dans des events comme ça, on n’est pas sorti. Il faut aussi que les yeux et l’esprit se repose de temps en temps et qu’on puisse profiter de sa famille.
    Par ailleurs, j’ai souvent constaté (et on m’en a aussi souvent parlé) que des barcamps ou des MediaLab Sessions et autres évènements du genre demandaient une participation financière (que je peux comprendre). Mais si on a déjà du mal à boucler les fins de mois, où est l’intérêt de payer pour travailler pour le plaisir ?
    C’est dommage parce qu’un réel potentiel créatif existe dans ces rencontres qui sont enrichissantes tant sur le plan personnel, que créatif et professionnel.

  4. Bonjour Geoffrey,

    Très intéressant dans la mesure où ça m’a obligée à aller voir de quoi il s’agissait ! En effet, jamais entendu parler de barCamp avant aujourd’hui, pas plus que startup week end, de MediaLab Session ou de hackatons !
    Ceci explique (un peu) cela 😉 !

    Donc, tu as oublié une raison pour laquelle les designers ne viennent pas : ils sont trop vieux 🙂 !

    Agnès

  5. Un autre moyens de faire venir des designers, comme d’autres d’ailleurs (devs, ingés, sociologues, boulangers, un peu ce qu’on veut en fait) ne serait-il pas d’aller les chercher directement à la source ?

    Les écoles regorgent d’étudiants qui, dans le cas du design, pourraient être intéressés par les opportunités et les apprentissages qu’il est possible de tirer de tels événements.

    D’ailleurs les professeurs recherchent régulièrement des partenaires pour des workshops ou autre.

  6. Bonne article… pourquoi pas y aller en effet!
    (il faudrait initié le lien dans les écoles)

    Il y a malheureusement une lourde porte blindée entre les designers et les ingénieurs, marketeurs, informaticien et autres hackers.
    Nous ne parlons bien évidemment pas le même language et pourtant je vois dans ces creative workshop le design thinking dans toute sa splendeur.
    Un peu plus de considération, d’invitation, de confiance (dans ces artistes du rêve et de l’esthétique que nous sommes).

  7. @Romain Saillet:

    D’accord avec toi, mais attention à cela…
    http://www.telerama.fr/medias/apr-s-les-robots-journalistes-voici-les-robots-sp-cialistes-du-fact-checking,93246.php
    Si la sphère médias ressemble à cela, faudra regarder son esprit critique…

    Autre chose, je vous conseille cet ouvrage afin de méditer…

    http://www.amazon.fr/nutiliseras-point-Comic-Sans-graphique/dp/210057972X/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1369214101&sr=8-1&keywords=tu+n%27utilisera+point

    PAGE 351

    « Prenez de la distance. Aussi important que soit le graphisme dans notre société, ce n’est que du graphisme. Une proposition médiocre ne tuera personne. une affiche ratée ne causera pas la ruine de l’occident. Un logo incompréhensible ne va pas mettre votre famille à la rue. Dans notre domaine, il est bon d’avoir une opinion et de voir le graphisme avec un oeil critique. Mais diaboliser un graphiste parce que vous n’aimez pas son travail est idiot. Haïr un dictateur de la pire espèce est plutôt louable, mais haïr un graphiste parce qu’il utilise une police que vous n’appréciez pas est injustifié. Les meilleurs graphiste sont les graphiste ouverts à de nouvelles idées et à de nouvelles méthodes. Les pires ont l’esprit étroit et sont inflexibles. Ceux là passent le plus clair de leur carrière à mépriser leurs pairs et haïr les graphistes plus jeunes qu’eux. La tragédie, c’est qu’ils perdent l’opportunité d’apprendre, de grandir de se faire des amis… »

    Sean Adams

    Soo Long ….

  8. Prenons pas exemple le prochain Startup Weekend à Paris : « 7-9 June 2013 – At co-working Microsoft Spark, 6 Rue du Sentier, Paris. »

    Voici les photos de la soirée d’inauguration de l’espace de co-working en question : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=427847510645087&set=a.427847490645089.1073741831.208323729264134&type=3&theater

    Les profils des participants attendus :
    1. des chefs de projet d’agence de com ?
    2. des DA et développeurs freelances ?
    3. des capitaux-risqueurs / business angels ?

    Cultures différentes. Réalités professionnelles différentes. Attentes différentes.

    Verdict (qui n’engage que moi, j’insiste) : merci pour les RP (stériles) , mais j’ai du travail ou j’ai piscine… au choix.

  9. Bonjour, (dans le mille) Geoffrey, Un sujet, auquel, j’ai eu a réfléchir souvent ces 2.3 dernières années… En ces temps de (Geekeri collective), de (Startupage)… Rien que pour les deux dernières années, j’ai reçu pas mal d’invitations à participer, a des événements de ce genre, Starup Week-end, Semaine du web, Rendez-vous 2.O, Blog Day, Barcamp… Je ne peux nier qu’a un certain temps, au début, l’envie d y participer me tentait beaucoup, seulement, je m’aperçoit par la suite, qu’en fin de compte, après tout un buzz, d’effet d’annonce, je me rend compte que la montagne accouche d’une souris, et que le fait que je soit designer, graphiste, ou exerçant dans les métiers créatifs, je suis perçu un peu comme (le prestataire de service), de plus, sans réel bénéfice… Donc, oui, les organisateurs de ce genre d’événements, doivent un peu revoir leur copie, pour inspirer ou inciter les créatifs, les designers à se joindre à eux…

    PS: Ce qui est quand même révélateur, c’est que les perceptions ou les attitudes, sont globalement les mêmes, que se soit ici ou ailleurs!

  10. Le point 3 me semble essentiel car il « renverse » l’équilibre et déplace le point d’équilibre vers le designer.

    En plus de les faire venir à l’événement, les designer peuvent mieux faire comprendre le sens de leur travail.

    Tout simplement excellent!

  11. @ blob_ : Pour l’orthographe : ne t’excuse pas, ça nous arrive à tous 😉
    Sinon je te cite : « Ceux là passent le plus clair de leur carrière à mépriser leurs pairs et haïr les graphistes plus jeunes qu’eux. » Oui malheureusement ce genre de « meeting » tourne souvent à la foire d’empoigne entre designers graphiques. Trop de concurrence et pas assez de reconnaissance… enfin à mon humble avis.

    @Nacer : Pour ce qui est des interactions entre designers graphiques, développeurs, chefs de projets et business angels, je te rejoins tout à fait sur je cite :  » je suis perçu un peu comme le prestataire de service » et : « la montagne accouche d’une souris ».

    Après je le répète, ce n’est pas parce que je n’apprécie pas ce type d’évènements qu’ils sont à proscrire : certains peuvent y trouver leur comptes. Libre à chacun de se faire sa propre opinion.

  12. @Nico:

    Bonjour Nico…Oui…

    Malheureusement, cela me fait trop pensé à du Bling ring pour la Génération Y.
    Ceux qui pensent que le média Web, n’est que attribué à la génération Y, afin de n’en faire que le média né avec cette génération, est très risible en soi, puisque le média web a une histoire et c’est faire preuve de grand amateurisme de le comparer à cette génération… Il y a 18 ans, nous étions vus comme des fous, mais, le temps nous a donner raison…

    Qu’en sera t’il allors de cette génération dans 10 ans…

    Libre à chacun de se faire sa propre opinion!

  13. @Agnès: Je partage complètement ton sentiment… comme la curiosité est mon principal défaut, je débarque là, et je découvre bcp de nouvelles choses pour moi en furetant ici… je l’en remercie.

  14. Très bon article qui remet les pendules à l’heure et qui est, à mon grand regret, toujours d’actualité !
    Un créatif est avant tout un stratège, pas un technicien qui touche à Photoshop !
    Bizh au passage Geoffrey

  15. Bonjour à tous !

    Je suis le président de la Cantine Numérique de Cornouaille à Quimper. Nous, nous avons décidé de prendre le problème à l’envers en créant un événement s’adressant principalement aux graphistes. Sur deux jours, nous allons réunir professionnels et étudiants pour un concours auquel d’autres compétences techniques pourront se joindre (développeur, rédacteur, …) . Le tout sera saupoudré de quelques conférences avec notamment la venue d’un designer graphique français bien connu.
    Rendez-vous en avril. Des infos très prochainement sur http://www.silicon-kerne.net .

  16. Hello,

    Je suis designer et participe au événement, bien que souvent il commence tot, voir trop tot et donc c’est compliqué de se libérer. Mais j’aimerai être avertis des prochains évènements orienté Design que je loupe souvent par manque d’information.

    Savez vous quel site regroupe tout ces événements ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *