Hello, je viens de lire une réflexion très pertinente sur affordance, elle concerne la nouvelle fracture numérique qui opposera les gens. Avant, je coryais que le monde était divisé en deux catégories (private joke), “ceux qui on internet, et ceux…qui ne l’on pas”. Mais apparemment :

La nouvelle fracture numérique opposera les gens disposant d’un réseau d’amis et ceux sans amis. L’ancienne fracture numérique entre les riches (ceux disposant d’une connexion internet) et les pauvres continuera d’exister.” La citation (repérée par TechCrunch) est de Robert Scoble. Si cette “formule” m’intéresse c’est parce qu’elle traduit assez bien la manière dont, in fine, les logiciels sociaux (qui, rappelons-le, sont bien plus que les simples “réseaux sociaux”) ont durablement transformé la nature de notre rapport au web.

Je cite :

“Il me semble qu’aujourd’hui, dans l’essentiel de nos pratiques, la socialisation dans sa dimension expérientielle première, est devenue au moins aussi importante que les trois activités qui firent la spécificité du primo-web, c’est à dire la navigation-lecture (browsing), la navigation-recherche (searching) et naturellement l’écriture (au sens large de “production de contenus”). Ce qu’ont permis les logiciels sociaux c’est le transfert de logiques de socialisation grégaires depuis des espaces clos et dédiés (les forums ou groupes Usenet) vers des espaces réellement réticulés, c’est à dire largement distribués au travers du moindre espace d’écriture ou de navigation.”

“Cette réflexion en appelle une autre. Il n’est pas aujourd’hui sur le web d’espace de production de contenus numériques qui n’échappe à l’angle d’une analyse “conversationnelle”, “socialisante”. On n’écrit plus, on ne publie ou ne produit plus aujourd’hui de contenu simplement pour être présent, pour occuper un espace, ou pour être bien “positionné” mais tout au contraire pour confronter ou pour souscrire. On écrit, on publie, on produit pour engager un débat. Pour “se” confronter aux autres. Pour maintenir et établit un contact. De toutes les fonctions du langage théorisées par Jakobson, c’est la fonction phatique qui est au coeur de l’ensemble des socialisations numériques, y compris (et surtout ?) de l’écriture-socialisante qui couvre  (par exemple) l’immense majorité des productions de la blogosphère.
Comme nouveaux totems de cette dominance du phatique, citons les trackbacks ou rétroliens (qui en inversant la polarité des liens pour la première fois dans l’histoire de l’hypertexte, contribuèrent largement à disséminer ladite fonction phatique et à en faire l’un des tout premiers horizons d’attente de l’écriture numérique courante). Citons également l’incontournable et parfaitement totémique “poke” de Facebook.”

“Pour autant, et dès que cette confrontation se trouve inscrite dans un processus collaboratif assez large impliquant un nombre significatif de personnes, on retombe très largement dans les anciens et classiques shémas auctoriaux et éditoriaux. Des shémas “étagés” dans lesquels les fonctions de représentativité et de leadership sont réaffirmées comme essentielles. La présumée “sagesse des foules” n’est que l’exercice d’une démocratie numérique rigoureusement équivalente au système politique dans lequel nous évoluons. La seule différence (de taille) vient de son amorçage : les “leaders”, les “gourous”, les “éditeurs”, les “auteurs” ne sont pas élus dans une logique de représentativité en assumant une charge “par délégation”, mais ils sont les promoteurs … à l’origine de leur propre promotion. Une promotion dans le meilleur des cas au service d’un projet ou d’une parole, et dans le pire des cas au seul et unique service d’un égotisme forcené. Les autres, tous les autres y souscrivent au sens littéral du terme. Ils écrivent, publient, discutent, débattent “en dessous”, dans les limbes palimpsestiques de ces nouveaux espaces de socialisation numérique. La fonction phatique ne prime plus. Le “poke” redevient “private joke”.”

Personnellement, j’ai senti cette tendance poindre le bout de son nez depuis quelques temps déjà. Internet prend tout son sens avec la communication et le réseau que l’on se crée. J’ai d’ailleurs adopté depuis peu, un compte flickr, un compte youtube, un compte twitter, un compte facebook, j’en passe… Tout ceci est assez chronophage..Mais ce sera l’occasion d’un autre billet ! 🙂

Bref, si pour être resté dans le coup, vous avez adopté internet, maintenant, pour rester dans le coup, adoptez…des amis 🙂 




Un commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *