Hello à tous !
(Il fait de plus en plus beau et je blog un peu moins ces derniers temps.)

Quel type de social networker êtes-vous ? En effet, c’est une question toujours pertinente de comprendre les différentes catégories/types d’utilisateurs des réseaux sociaux, même si créer des catégories pour y mettre les gens dedans, c’est bien “un truc de psy” comme on dit ^^

« Socialista ». Parce que la hi-tech aussi a ses saisons… Dans la rue, les sarouels, c’est déjà fini. Sur le net, c’est pareil pour Facebook. Ning, à la rigueur, mais le « réseau » est un peu has been. Depuis quelques semaines, vous pensez à quitter Twitter, trop souvent « down » et déjà tellement 1.0. Vous testez Plurk, et avez coché le 11 juillet sur votre smartphone pour aller sur Loopt. Vous avez lâché votre blog pour un Tumblr, et ne jetez même pas un œil sur les services qui ne disposent pas d’une version mobile correcte. Et globalement, vous vous désinscrivez dès que le nom de votre appli favorite commence à apparaître dans des publications généralistes.

« Collectionneur ». C’est simple, vous avez tout. On a autant de chance de vous trouver en tapant votre pseudo habituel dans une nouvelle appli en bêta fermé que sur une vieille gloire du web. Vous êtes inscrit ET actif partout. Même sur Myspace ! Vos badges de réseaux sociaux prennent plus de place que vos posts sur votre blog. Un seul problème : ça fait beaucoup pour un seul être humain. Vous êtes donc lancé dans une perpétuelle quête du graal digital, « the one », l’ultime mash-up qui récupérera toutes vos données. Une seul appli pour les gouverner toutes, et dans les Ténèbres

« Retro-surfer ». Vous regardez passer l’écume du web avec un sourire ironique. Social graph, 2.0, microblogging, très peu pour vous. Back to basics : vous vous en tenez aux classiques intemporels qui ont fait leurs preuves. Le centre névralgique de vos comportements sociaux est et restera votre mail. Vous avez bien essayé de tenir un blog, mais ça vous a semblé tellement cérémonieux que vous êtes vite revenu à vos forums et newsgroups. Vous pensez que Twitter n’est jamais qu’une IM désynchronisée, et qu’il n’y a aucune raison rationnelle pour que les amis des vos amis soient vos amis. Et puis ça intéresse qui, de savoir si Robert Scoble a enlevé les anchois sur sa pizza hier ? De toute façon, internet, c’était mieux avant.

« Extended networker ». Les internautes sont vos Pokemons, et vous les attrapez tous. Le réseau social est pour vous un immense terrain de jeu, et vous chassez le high-score. Vous avez depuis longtemps atteint la limite des 5000 friends sur Facebook, même si vous ne connaissez pas 1% d’entre eux. Votre allié ? Les fonctionnalités de réseau étendu et autres « vous avez X amis en commun », qui vous aident à étendre peu à peu votre empire social.

« Paranoïaque ». Echangez sur le web, oui, mais pas à n’importe quel prix. Des gens nous écoutent, nous observent. Vous étiez en première ligne contre le Beacon de Facebook. Vous avez beaucoup de contacts et d’amis sur les réseaux, mais aucun ne connaît votre véritable nom. Vous avez un pseudo par réseau, et une dizaine d’identités numériques toutes prêtes pour égarer les espions. Problème : vous vous faites régulièrement poker ou draguer par des gens qui ne sont pas précisément dans votre cœur de cible sentimental et vous vous embrouillez souvent les pinceaux entre votre vous (Claire/24ans/Paris) et votre autre vous (Robert/54ans/Bourg-la-Reine). Mais c’était un juste prix à payer pour la protection de vos données personnelles et pour que personne ne puisse vous googler.

Vous-êtes vous reconnu dans une des catégories, dans plusieurs ? Personnellement, je me situerai plutôt en “rétro-socialista-noïaque” :p




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *