En ce samedi, je vous partage un extrait de la conférence sur l’imaginaire qui a eu lieu au CNAM. Y ont été abordées les questions autour de l’imagination et de l’imaginaire, les grands oubliés de nos manières d’innover. En effet, l’objet, en France, rarement nommé, jamais touché, semble être défini comme l’ultime aboutissement d’une démarche de design linéaire et abstraite.

Mais alors comment changer cette vision étriquée du design ? Alice Rawsthorn journaliste et critique design pour l’édition globale du New York Times répond à la question.

alice2

Cela commence par les compétences utiles aux créatifs

« Les grands business model sont naissants, il faut des designers capables de penser des projets dans leur ensemble, de façon systémique et dans leur complétude. Nous avons besoin de designer capable d’intégrer des ateliers de conception dans des structures multidisciplinaires.

Un autre constat français identifie que notre formation de l’ingénerie se fonde sur des connaissance trop techniques et nécessitent de favoriser une ouverture d’esprit pour se connecter aux métiers du design. Nous avons aussi besoin de financiers dont les perspectives seront moins court termistes afin de favoriser des ouvrages plus globaux, holistiques afin de résoudre des situations dont la vision est necessairement plus durable.

Le design est un outil collaboratif et transversal où l’harmonie des pratiques doit être mise en avant au lieu de tirer le profit vers une pratique ou une autre.

Le design doit être compris pour son potentiel et non pas par sa finalité visible.

Il faut corriger au même moment le déficit d’écoute de la société. Où le marketing est trop souvent compris comme un outil qui produit de la PLV opérationnelle, il est appauvri dans son message et sa portée. Il faut veiller à la mauvaise définition du désigner comme styliste ai lieu de l’innovateur social et politique qu’il devrait génèrer.

Cela se règle dès l’enfance avec une leçon de choses et les éveiller par des cours de design. C’est l’une des missions proposée et en projet dans les années à venir. Il faut vaincre cette problématique de diffusion.

C’est par l’éveil et le questionnement sur les objets, les formes et la juste fonction que le message passera. »

Et vous, quelles compétences rajouteriez-vous à cette vision ?

source




Un commentaire

  1. Quel bol d’air frais ! Ça fait du bien de lire un article comme celui-ci, où l’on sort enfin du « quelle idée je pourrais avoir qui me rapporterais des millions ! ».
    Je ne sais pas quelles compétences ont pourrait ajouter à cela sans paraphraser l’article : Humanité, Imagination, Humilité, Réalisme, Utopisme, Volontarisme, …
    Pour l’anecdote j’ai tapé ces mots sur « Google » : « travailler sans gagner d’argent ». Tous les résultats étaient opposés et ressemblait plus à comment gagner de l’argent sans travailler. 🙂


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *