Je vous en ai parlé en direct il y a deux semaines, j’étais invité à Los Angeles pour découvrir et participer à AdobeMax ! Evidemment, j’ai un peu live-tweeté, j’ai fait quelques photos et quelques Vine mais surtout avec mon camarade Olivier Huard, nous avons réalisé ce petit site qui résume toute l’expérience : https://graphism.fr/projets/max15

olivier photo

Sur ce site vous retrouverez :

  • les résumés des nouveautés
  • les résumés des expériences de Adobe
  • l’ambiance de l’événement
  • des résumés vidéo
  • des photos de Los Angeles
  • les tweets de l’événement
  • quelques portraits réalisés pendant Max
  • des focus sur certains nouveaux outils

Ne pouvant pas tout vous résumer sur ce seul article, voici cependant les éléments que j’ai trouvé notable. Tout d’abord Adobe Max s’inscrit dans la continuité des grands moments comme la keynote d’Apple, Google I/O ou encore la récente conférence de Microsoft. C’est un moment où la créativité professionnelle est à l’honneur et pendant lequel chacun est amené à être curieux !

photo2

Ensuite, côté innovation, j’ai été beaucoup plus touché par les sujets sur le design d’interface, design graphique que par les annonces sur la 3D ou le son (même si je trouve ça passionnant) et la promesse du projet Comet (voir la démo ci-dessous) fait rêver plus d’un designer ;-) De même, l’appli Comp pour wireframer à partir de son smartphone et continuer directement depuis Illustrator ou Photoshop me sert déjà actuellement dans mes projets. Enfin, Adobe Capture est rentré aussi dans mes usages (pour capturer des gammes de couleurs, vectoriser des éléments et créer des brush…).

Le projet Comet en démo

En dehors de toutes les innovations et projets dont nous vous parlons sur le mini site, c’est une vision très intéressante qu’installe Adobe. Je retiendrais également certains signes comme le fait que Adobe sort définitivement du logiciel des années 2000 afin d’être un service professionnel, adapté, dans lequel le tactile n’est plus une option mais une composante de chaque outil. De même, le concept de mobilité devient transversal dans les outils. Que l’on soit sur mobile, tablette ou encore desktop, les outils tendent à être transversaux. Enfin, Adobe s’installe petit à petit sur des terrains plus larges en allant vers la 3D et sa matérialisation en objet imprimé, en allant vers la retouche temps réel, en allant vers de l’achat in app (photos, vidéos, brush, et demain modèles 3D, etc.) ou encore la perméabilité totale entre tous les outils.

Pour finir, j’ai soulevé à plusieurs reprises la question des processus de travail. En effet, Adobe propose une gamme d’outils nombreux avec autant de combinaisons possibles et – par conséquent – induit certains workflow. Sans pour autant dire qu’il faut travailler de telle ou telle façon, je pense que c’est à chacun de réfléchir à comment trouver le bon workflow, comment trouver le bon processus de travail avec tous les outils dont il dispose, du papier à Photoshop en passant par des outils stratégiques ou décisionnels. Un savoir que chacun bâti et qu’il serait intéressant, je pense, de partager 🙂




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *