Hello 🙂

Bon, beaucoup de boulot aujourd’hui et une connexion aléatoire, mais j’en profite pour vous faire part de ce « communiqué de presse » qui nous informe qu’en marge de l’exposition « l’Observeur du design » à la Cité des Sciences et de l’Industrie, notre cher Ministre de l’Industrie -mais aussi de l’Énergie et de l’Économie numérique- Éric Besson, a présenté les grandes lignes d’un plan d’action en faveur du design !

Oui, je n’entends parler pratiquement jamais de design dans les discours politiques. J’en profite donc pour discuter avec vous de ce « plan d’action », dont les trois axes sont :

  • la création d’un Centre National du Design ;
  • l’intégration du design dans l’écosystème des pôles de compétitivité ;
  • l’élaboration d’un référentiel des métiers du design.

Trois axes qui sont précisés ensuite :

la création d’un Centre National du Design

« La création d’un Centre National du Design, à l’instar des exemples anglais, danois ou coréen, sera un levier pour susciter des politiques en faveur du design exemplaires et un instrument de promotion du design français. Créé à partir de l’APCI, et en liaison avec l’ensemble des acteurs du design, il aura pour missions d’affirmer le rôle stratégique du design dans l’économie, d’améliorer la compétitivité des entreprises françaises grâce à l’apport du design dans leur stratégie et de permettre aux métiers du design de se développer. Le Ministère de l’Industrie apportera un financement de 1 million d’euros pour le lancement de ce projet. »

l’intégration du design dans l’écosystème des pôles de compétitivité

« L’intégration du design dans l’écosystème des pôles de compétitivité s’appuiera sur les structures régionales de promotion du design, et visera notamment à accélérer la mise sur le marché des produits et des services conçus au sein des entreprises des pôles. Une expérience sera lancée en 2012 sur quelques régions volontaires. »

l’élaboration d’un référentiel des métiers du design

« L’élaboration d’un référentiel des métiers du design correspond à une demande des professionnels, manifestée à l’occasion des tables rondes menées en concertation avec les professionnels du design et pilotées conjointement avec le ministère de la culture et de la communication. Les travaux de constitution de ce référentiel démarreront dès le mois de janvier pour une mise en oeuvre effective du référentiel à la fin de l’année 2012. »  [pdf d’origine]

Bon, je vous passe tout le reste du blabla de ce communiqué, mais l’idée est de présenter la compétence design et -le résultat « design »- comme un facteur d’innovation ET de compétitivité. Le concept, en apparence séduisant, propose des arguments comme la création de ce Centre du Design. Comme toujours avec la création d’un lieu institutionnel et estampillé par l’Etat, cela a du bon et permet une reconnaissance nationale d’un métier indispensable aujourd’hui (ou totalement inutile, comme vous voulez ;-)). Mais la création d’un tel centre formalise toujours ce qu’est et ce que n’est pas le design, ce qui rentre et ce qui ne rentre pas dans la profession. Les designers UX, designers d’expérience, designers de service, designers d’interface seront-ils logés à la même enseigne que les designers d’objets, les designers de mobilier ou les designers de vêtement ? Concernant l’intégration du design dans les pôles de compétitivité, c’est encore très flou évidemment, mais je pense qu’il y a énormément de travail d’une part pour sensibiliser les régions et les villes au design et d’autre part pour intégrer des équipes de designers dans les appels d’offres et appels à projets régionaux, municipaux, etc.

Pour finir, la création de ce référentiel est à mon sens urgente. En effet, petit exemple personnel, lorsque j’ai créé ma société de design, une SAS, ni la Chambre de Commerce ni la Chambre des Métiers n’ont été capables de savoir où le design se plaçait. J’ai donc perdu environ un mois à débattre et à courir de service en service. Alors, ça n’est qu’un exemple certes, mais les exemples foisonnent de la part de mes amis & collègues designers.

Éric Besson conclut :

« Nos entreprises ont tout à gagner à intégrer le design dans leurs stratégies. L’enjeu, c’est de la croissance, des exportations et des marges supplémentaires pour nos marques, et, notamment pour la première d’entre elles, le « fabriqué en France ». Le design n’est pas seulement un acte de création, c’est aussi un facteur puissant d’innovation, et à partir de là, un facteur de compétitivité »

Pour conclure, c’est une nouvelle sur laquelle il va falloir rester attentif, ce sont nos métiers qui sont concernés et lorsqu’un politique s’en mèle, qu’il soit de droite, de gauche ou d’ailleurs, mieux vaut être à l’écoute pour réagir et éventuellement essayer de faire bouger les choses.




6 commentaires

  1. À titre tout à fait personnel je suis un perplexe face au fait que ce soit le ministère de l’industrie qui propose seul ce projet. Ce qui m’inquiète surtout c’est que sa conception du design est uniquement économique. Comme si le design n’avait aucun sens s’il était orienté sur la non-lucrativité. Cela ne concerne donc, ni les collectivités publiques, ni les associations, les institutions culturelles, ça fait qd mm bcp de gens mis sur la touche alors qu’ils sont potentiellement tous concernés.

    Enfin bon…

    P.S. : tient ! ça y est tu as fini par céder à la tentation publicitaire ? les annonces google ont fait leur apparitions dans graphism.fr…

    Dommage

  2. @-jil-: Oui, on est vraiment dans l’industrie et, une fois de plus, je pense que énormément des métiers du design vont être oubliés. [Et pour la publicité, ça fait plus de deux mois maintenant, j’ai tenu à la faire non-intrusive, pour preuve, tu es le premier qui me fait la remarque 😉 ] [c’est pour payer le serveur…. et pr l’instant, ça me rapporte rien encore]

  3. Et tiens, juste par curiosité, quelle est ta définition/conception du design ? Je sais pas si ça peut se résumer en qq mots, mais en lisant « le design » dans ces lignes, j’avais du mal à me focaliser sur une seule idée du design…

  4. Bonjour Geoffrey, ce billet appelle quelques précisions :
    – les métiers du design interactif ne seront absolument pas oubliés puisque l’APCI travaille déjà depuis 2007 avec *designers interactifs* et que j’ai personnellement participé à la rédaction du projet de Centre national de design
    – Pour l’élaboration de ce centre, un grand nombre d’acteurs a été consulté et impliqué, notamment l’Alliance Française des Designers, des écoles, de grandes entreprises françaises…
    – Personne ne sera sur la touche car le projet a bien sûr intégré l’idée qu’autour du Centre, tous les acteurs seraient impliqués, c’est indispensable pour sa réussite
    – Sur la création du référentiel, il existe déjà pour les métiers du design interactif. Depuis 2007, *designers interactifs* publie chaque année une mise à jour et l’enrichit (sans aucune subvention publique). L’association collabore déjà avec l’AFD et l’APCI sur la création du futur référentiel global, qui intègrera tous les métiers du design. Mais c’est un travail titanesque.
    – Le code NAF pour les activités spécialisées de design est 74.10


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *