Toujours plus fort dans l’utilité des mondes et immersions virtuelles, voici que la police scientifique s’apprête à utiliser la réalité virtuelle pour former ses élèves. 🙂

Apparemment, le projet n’est encore qu’un prototype, mais le “simulateur virtuel d’investigation criminelle” (le Sivic !) sera utilisé prochainnement dans les écoles de formations de la police.. À noter que ce logiciel est développé à Laval par les étudiants de l’Ecole supérieure de création interactive numérique (Escin), sous l’oeil expert de la police scientifique de Lyon.

Une application qui reconstitue les scènes de crime en 3D 

“L’élève policier, coiffé de lunettes stéréoscopiques, est plongé au coeur d’images virtuelles projetées grandeur nature via un dispositif baptisé « Cave » (acronyme de « Cave Automatic Virtual Environnment »). Cet outil se compose de quatre écrans (dont un sur le sol), d’un rétroprojecteur haute fréquence et d’un système de détection des mouvements (« tracking video »). Totalement immergé dans les images, l’élève évolue dans l’espace et interagit avec le décor et les objets.”

Corriger les gestes

“Il peut alors effectuer une investigation criminelle en respectant scrupuleusement les procédures et les gestes appris en formation : baliser la zone avec des plots, identifier les indices, prendre des photos, utiliser le Crimescope (lampe laser à faisceau bleu aidant à repérer les traces organiques) ou le pinceau pour relever les empreintes, évaluer la trajectoire d’une balle… Et recommencer autant de fois qu’il est nécessaire. Ce qui n’était pas possible jusqu’à présent. « Il faut environ une demi-journée pour mettre en place une scène de crime fictive pour la formation des étudiants, témoigne Erik Geslin, formateur à l’Escin. Le tout dans un volume dédié dont seuls les murs mobiles permettent de changer la configuration. »

Personnellement, je trouve que ce genre de procédé peut introduire pas mal de nouvelles fonctionnalités qui ne seraient pas possible (ou moins facilement) dans la réalité :

– l’enregistrement de chaque mouvement de l’élève
– les calculs balistiques rendus plus faciles avec la machine
– des scènes que l’on peut répéter des dizaines de fois

Bref, la réalité virtuelle à un grannnnd avenir devant elle ;-)
via




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *