Je parie qu’avant d’arriver sur cet article vous étiez en train de faire autre chose… Peut-être même que pendant que vous lirez ce qu’il y a ci-dessous vous irez consulter vos e-mails, votre téléphone ou votre compte Facebook ! Et oui, vous comme moi, êtes sûrement adepte du multitasking, capacité incroyable et désastreuse de faire plusieurs choses « en même temps » -ou plus précisément de faire plein de petits bouts de choses de façon fragmentée.

Définition du multitasking

« Multitasking est un terme anglophone qui prend sa source dans l’ingénierie informatique, désignant un type de système d’exploitation capable de traiter en même temps plusieurs programmes informatiques. Il a ensuite été décliné pour s’appliquer à l’humain, il désigne désormais le fait de pratiquer plusieurs activités en même temps et plus précisément d’utiliser plusieurs moyens de communication de manière simultanée. Il peut s’agir d’un divertissement pour certains ou d’une nécessité d’ordre professionnel pour d’autres. Ainsi, il touche des catégories de personnes très diverses. Si cette tendance a dernièrement fait couler beaucoup d’encre, les avis sont cependant très partagés et de nombreuses questions restent en suspens quant à ses conséquences à court et à long terme, tant sur le plan physique que psychologique. Ce phénomène témoigne d’une réalité probante qui pose la question de l’omniprésence de la technologie dans notre quotidien. Pourtant certains spécialistes s’attachent à démontrer qu’il est techniquement impossible d’être concentré sur plusieurs activités en même temps, alors que d’autres soutiennent que le multitasking n’est que l’évolution de notre héritage biologique. En définition, le terme multitasking est un terme complexe, car il concerne des domaines où la connaissance humaine a des limites, à savoir les sciences cognitives, la psychologie, ou encore la médecine. » [wikipedia]

Le multitasking en une image !

multi2

(voir l’image en grand)

Personnellement, je sais que c’est quelque chose qui me préoccupe car :

  • je sais qu’en faisant tout en par petits bouts, on ne fait rien de vraiment bien
  • alors j’essaye de me « concentrer » sur une tâche puis une autre
  • et une fois une tâche accomplie, je me récompense par un petit mail, un petit tweet ou aller voir Instagram par exemple
  • enfin, le fait de faire plusieurs projets en même temps me permet de gérer aussi un certain « flow » quand je travaille, tout s’enchaîne, tout est fluide, tout est plus créatif et va plus vite. Ce « flow » ne s’atteint pour ma part, qu’après une bonne heure de travail d’affilé et sur des projets qui ont des natures assez diverses. Cela procure, d’une part du plaisir et d’autre part, une plus grande créativité / vitesse de travail.

Et vous, êtes-vous « multitâche«  ? 🙂




2 commentaires

  1. totalement « multitâches » pour ma part en opposition à « séquentiel »… C’est ma nature, dans le cas contraire s’empare de moi un ennui mortel ! 🙂

  2. Merci pour cet article Geoffrey !
    Foncièrement multi-tâche également (plus de raison que de choix, car lorsqu’on est à son compte et lorsqu’on a un vingtaine de projets de front, on ne peut être séquentiel comme le défini bien katchamak….sans quoi il y a 19 clients qui vont gueuler !).

    Le graphique dit « It takes more than 25′ to resume a task after being interrupted »…Certes.

    Je ne sais pas si c’est vraiment 25’…Mais en tout cas, le fait de déposer un projet graphique ou technique une heure ou une journée permet vraiment d’avoir un nouvel œil (en général plus performant et aiguisé) dessus.

    Plus que multi-tasker, « je » suis un boulanger qui laisse la pâte reposer pour la trouver bien meilleure après.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *