Vendredi dernier, des étudiants protestataires et non-violents qui soutiennent le fameux mouvement Occupy Wall Street à New-York ont été arrêtés par la Police et se sont faits littéralement « gazés » par un policier (le désormais célèbre lieutenant John Pike) alors qu’ils étaient sagement assis  par terre. Comme d’habitude, des vidéos ont été tournées sur place et décrivent la scène. John Pike marche jusqu’aux manifestants, tire sa bombe au poivre de sa ceinture, puis les arroser de très très près.

À l’origine :

La vidéo a circulé énormément et, petit à petit, l’acte de ce policier et ce policier sont devenus une sorte « running gag », autrement appelé un « mème« . Des dizaines d’images ont donc été diffusées et ont circulé partout sur le web. Même si l’acte est choquant, ces images sont drôles, portent parfois un message et jouent sur le côté décalées afin d’être diffusées. L’acte est donc de dénoncer, mais pas frontalement en disant « regardez, c’est mal! » mais plutôt d’une façon biaisée, drôle, virale qui correspond parfaitement au web.

Les déclinaisons. La création d’un mème ?

Même si ces policiers ont été suspendus en attendant une enquête… cela ne nous empêche pas de rire encore et encore et de protester contre cet acte idiot. Le web et le graphisme font et feront encore longtemps bon ménage, croyez-moi ;-)

source | source




5 commentaires

  1. Si la plupart sont, sommes toutes ennuyeuses, elle dépeignent presque toutes la non-chalance déconcertante du gazier en chef (c’est surtout ça qui choque, gazer gratuitement et en toute quiétude des jeunes à la douzaine… jeunes indignés qui ont montré un calme impressionant, car si ça tenait qu’à moi, j’aurai isolé le gars et lui aurai collé dans le pif)

  2. @JaXX et c’est exactement ce que souhaitent tous ces flics, qu’il y en ait qui répondent pour qu’ils aient des raisons d’aller encore plus loin que le simple gazage arbitraire, gratuit, honteux, tout à fait inutile, et tout à fait représentant de la stupidité en masse dont fait preuve chaque policier, chaque citoyen, quand il obéit aveuglément aux abérrations politiques sous forme de réformes, de changements dans certaines lois, de décisions subites surprenantes toujours concernant de fortes sommes d’argent pris dans la poche de prolétaires dociles. Et ces abérrations politiques sont systématiquement voulues par certaines personnes très riches qui font pression sur d’autres personnes un peu moins riches mais riches quand même, et ces dernières personnes sont les représentants de l’état qui se servent de leur pouvoir pour servir les uns, toujours les mêmes, au détriment du reste (les 99%).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *