« Bonjour, pourriez-vous me faire un logo gratuitement ? » Ou un site gratuitement ? Ou une affiche gratuitement ? Ou le design d’une appli gratuitement ? Ou un dessin gratuitement ? Si vous travaillez dans un métier considéré comme créatif, vous avez sûrement dû vous retrouver dans la situation où vous devez justifier de votre prix. Je ne reviendrai pas sur les raisons de la croyance sur « pourquoi les métiers dits créatifs sont plus enclins que les autres à être interrogés sur leurs tarifs », car il est très régulièrement abordé. Je regrette cependant la posture d’artistes incompris que prennent parfois certains « Calimero » alors qu’il faut surtout mettre en place de la pédagogie, de la compréhension, du dialogue et des explications à ce sujet.

D’un autre côté, certains designers « donnent » leur travail (j’en fais partie), mais pas à ceux qui auraient l’argent pour l’acheter. C’est une posture intéressante. D’autres encore choisissent de travailler de temps en temps bénévolement car le projet leur plait, parce que le projet les touchent. J’ai souvenir d’un ami qui m’expliquait que lorsqu’il donnait un coup de main avec son métier de designer, il passait une sorte de pacte / contrat afin de délivrer une création unique sur laquelle il ne ferait absolument aucune retouche. Sa création était alors à prendre ou à laisser.

Evidemment, il y a bon nombre de façons de justifier d’un prix même si certaines peuvent sembler arbitraire :

  • votre niveau d’étude pour en arriver là
  • vos années d’expériences
  • vos connaissances techniques
  • votre culture
  • votre notoriété
  • vos références clients
  • votre talent
  • l’argent que vous rapportez à l’entreprise grâce à votre travail
  • etc.

Mais récemment, j’ai découvert Lily Williams, une jeune artiste qui travaille chez Sony Pictures Animation et elle a eu l’idée de créer un petit coupon à donner aux gens qui réclament votre travail gratuitement. Dans ce coupon vierge, il vous suffit d’inscrire pourquoi, tout simplement, vous ne travaillez pas gratuitement. Ainsi, en cumulant tous ces coupons, cela serait une façon de récolter les milliers de raisons de ne pas travailler gratuitement mais aussi de mettre noir sur blanc vos propres raisons et ainsi, d’aiguiser vos arguments sans les répéter inlassablement.

Le coupon à imprimer

print1

(télécharger en grand format)

Les coupons illustrés

rab1 rab2

Ma version ;-)

 travel

Et vous, votre version ? Quels sont les arguments pour ne pas travailler gratuitement ? Et à l’inverse, quand vous faites « don » de votre travail, pour quelles raisons le faites-vous ? Quel « pacte » créez-vous entre les gens pour qui vous créez et votre création ?




8 commentaires

  1. Article très intéressant, car c’est vrai que c’est quelque chose auquel on est confronté très souvent, encore plus quand on est tout jeune créa et donc considéré comme débutant par beaucoup… Même avec un bac +4/5.

    Si je devais choisir 6 raisons, ce serait : Mon amour pour la technologie, ma passion pour la musique, mon désir de faire la fête, faire plaisir à mes amis et ma chérie, voyager et les vêtements.

    Sinon, oui, il m’arrive de travailler gratuitement, de donner mon travail. Souvent, c’est contre contrepartie ou service (des développeurs qui m’aideront plus tard sur un projet, ou alors des invitations à des événements). Ainsi, j’échange un service contre un autre, et je trouve que l’échange peut être équitable dans ces cas là, car au final cela m’évite de payer les services en question.

    Voilà 🙂

  2. On pourrait aussi inverser l’exercice : adresser les coupons au demandeur de travail gratuit en lui demandant d’illustrer pourquoi vous devriez accepter !

  3. Intéressant, personnellement il m’arrive très souvent de prendre part de façon bénévole à des projets simplement parce qu’ils me plaisent et que je sens que je vais prendre du plaisir à les réaliser. Et finalement, ce sont souvent ces travaux non ou peu rémunérés qui m’amènent des clients plus rémunérateurs.

  4. Personnellement il m’arrive souvent de travailler gratuitement ou pour très peu d’argent simplement parce que le projet me plait et que je sais que je vais m’amuser à le réaliser. Les moyens financiers de la personne qui fait appelle à nous comptent aussi beaucoup, il m’est très souvent arrivé de travailler gratuitement pour de petites compagnies de théâtre ou de danse, j’y ai gagné de belles rencontres, des invitations pour aller voir des spectacles, parfois même une bonne bouteille de vin ou autre…
    Je me suis aussi rendu compte que très souvent ces projets dans lesquels j’investit de mon temps m’avaient mené par la suite à d’autre projets plus rémunérateurs. Comme pour beaucoup de chose, c’est souvent une simple histoire de feeling.
    Après j’ai rarement des clients qui demandent des choses gratuite, je me retrouve plus souvent avec des gens qui me disent « faites nous des propositions graphiques et si ça nous plait nous ferons affaire ». Dans ce cas là, je leur renvois un message lui expliquant gentiment que je ne travaille pas comme cela, et je lui joint cette image :
    http://media.tumblr.com/5961db06f2f04d1ea184d112ed2880f9/tumblr_inline_mmw9yf5njE1rmvx68.jpg

  5. Pour ma part, je trouve qu’expliquer « pourquoi » avec des coupons revient à se justifier. C’est très bien fait etc mais c’est tellement logique d’être payé. Je demande quel travail fait mon interlocuteur et lui demande s’il me ferait lui gratuitement une prestation. Pareil pour les prestations en dessous des marchés… cela ne fait aucune pub et ne ramène rarement de bons clients avec budget honnête.

  6. Bonjour Geoffrey,

    Cette question est fort passionnante et je me la suis déjà posé mais sous un angle légèrement différent.
    Début 2015, j’ai décidé de donner une partie de mon travail (je suis webmaster freelance) : mes extensions pour Joomla, des templates et 90 tutoriels. Non pas que je sois devenu fou mais pour des raisons que j’argumente dans un article publié depuis sur mon blog : http://www.web-eau.net/blog/pourquoi-je-passe-au-gratuit
    Plus d’un an après, je sais que j’ai fais le bon choix et que je suis dans le vrai : pour mes clients et pour moi. Même les chiffres m’ont donné raison !

    Oui comme certains des intervenants ici, il m’arrive également de donner un coup de main bénévole pour des projets qui me « parlent ». Je le fais parce que je suis freelance et que je gère mon temps comme je l’entends.

    Ceci étant dit, bien sur que je ne donne pas tout mon travail mais celui que je facture, personne n’ose le remettre en question.

    Je ne peux que te conseiller (ainsi qu’à tes lecteurs) à lire « Free » de Chris Anderson qui décortique les mécanisme de l’économie du gratuit. C’est passionnant et très éclairant sur ce sujet.

  7. Bonjour,
    Je suis entièrement d’accord avec Elisa. Il n’y a pas à se justifier, tout travail mérite salaire. A tous les clients que j’ai rencontrés et qui m’ont demandé des « idées gratuites », tous les prospects qui veulent faire baisser le prix sans penser une seconde que cela engendre obligatoirement le fait de baisser AUSSI le contenu de la prestation, je leur dis poliment de passer leur chemin.
    Il n’y a rien à gagner à travailler gratuitement, si ce n’est de tirer la profession vers le bas… et de continuer à donner des arguments aux clients qui pensent que faire un logo, c’est faire un petit dessin sur le coin du bar… et enfin, donner ses idées, brader son travail, casser les prix, c’est avant tout se dévaloriser soi-même !
    Vendre ses prestations au juste prix, ce n’est pas simple et c’est souvent une démarche qui pose des difficultés à bon nombre de créatifs. Mais, cela s’apprend. Et c’est le seul vrai gage de réussite et de pérennité de nos entreprises quelque soit leur statut.
    Je sais aussi faire la différence avec les VRAIS projets associatifs et culturels dans les quels je sais m’investir quand le projet est proche de mes valeurs. La contre partie : le plaisir d’avoir participé et AUSSI le fait de communiquer sur l’action que j’ai réalisée.
    Vous l’aurez remarqué, j’aime défendre mon métier… ;o)
    Françoise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *