J’en parle régulièrement sur Twitter, FacebookMastodon sur ce blog et autour de moi, le monde change progressivement, décline sur beaucoup d’aspects comme l’écologie, la santé, la condition humaine, animale, la pollution, Nicolas Hulot qui jette l’éponge (…) et le tableau est souvent assez sombre pour peu qu’on veuille bien ouvrir les yeux. Et pourtant, au fur et à mesure, ce même monde s’enrichit de solidarité, de projets d’engagement (dont certains projets de design, oui oui), de mouvements sociaux, de débats, d’œuvres, de jeunes et moins jeunes qui se disent qu’ils veulent faire « un métier qui a du sens » et qui s’engagent, se questionnent et se préparent à l’effondrement, mieux, s’adaptent à l’effondrement qui est déjà en place.

Et quelle place peut avoir le design dans tout ça ?

Et pendant ce temps là, la vie continue, on travaille, on mange, on dort, on s’amuse toujours bien et on discute tout autant avec les gens autour de soi. Il y a quelques semaines encore, je rencontrais deux designers qui avaient récemment découvert les questions de collapsologie (l’étude de l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle) et très vite, nous avons abordé les questions fondamentales sur notre mode de vie actuel, notre mode de vie désiré (plus simple, avec un impact social et écologique positif, un impact carbone minime..) et sur comment réduire ce décalage entre les deux. Nous avons aussi échangé quelques idées sur comment accompagner et diffuser cette prise de conscience contemporaine qu’est la collapsologie et les conséquences complexes de cette prise de conscience. Pour ceux qui n’aiment pas forcément le mot collapsologie, nous pouvons aussi plus simplement parler d’effondrement. À l’inverse d’une crise (crise climatique, crise économique, crise pétrolière, etc.), l’effondrement souligne l’absence de retour en arrière (le climat est définitivement modifié et va continuer, l’économie ne reviendra plus en arrière, le pétrole se raréfie définitivement, etc.).

J’entends parfois certains se marrer en disant que nous virons tous au « survivalisme » ou à la « théorie du complot », mais je n’ai pas le temps de m’occuper de répondre à cela, j’ai déjà trop à faire. Peut-être que si vous êtes déjà préoccupés par ce sujet, on vous sort les mêmes remarques ?

La planète avec 4° de plus

Source : https://twitter.com/patrickgaley/status/1021406315095232512/photo/1
Source : https://twitter.com/patrickgaley/status/1021406315095232512/photo/1

Du design des petits gestes à une démarche globale.

Plutôt que de faire semblant que cela n’existe pas ou que nos petits gestes du quotidien suffiront à l’en empêcher, essayons de nous documenter, de comprendre et d’agir. Alors oui, cela peut paraître un peu lourd comme sujet. Lourd parce que ça fait peur, ça parle de la mort, de l’extinction de notre mode de vie, voir du vivant dans son ensemble, de la perte de repère et aussi de beaucoup de souffrance. Certains chercheurs sur l’environnement, à cause de ces sujets, sont devenus dépressifs, ne dorment plus et essayent d’alerter autant que possible tous les gens autour d’eux.

Nos savoir-faire au service de la sensibilisation du grand public ?

D’un autre côté, en dirigeant notre travail de design au quotidien, en diffusant le sujet autour de nous avec nos moyens graphiques, en posant des questions et en mettant au centre de nos actions ce sujet de l’effondrement, des portes s’ouvrent, des questionnements aussi, des nouvelles idées germent pour travailler et vivre autrement :

  • « Comment être plus résilient ? »
  • « Quel sens et que place dois-je donner à mon métier dans tout cela ? »
  • « Comment gérer émotionnellement ce sujet ? »
  • « Comment rendre les citoyens, ses proches et soi-même plus autonome ? Moins dépendant du système de la croissance exponentielle, de l’État ou de la ville ? »
  • « Comment ré-apprendre les savoir-faire qui précédaient la civilisation thermo-industrielle ? »
  • « Dois-je parler de ces sujets à mes proches et à ma famille ? »
  • « Quel chemin personnel puis-je emprunter pour ne pas être déprimé mais avoir conscience de ce qu’il se passe ? »
  • etc.

Et quand je pose ces questions, je vois des dizaines de projets qu’un seul designer peut entreprendre, je vois des affiches, des livres, des documentaires, d’anciennes imprimeries, des ateliers de création, des projets de photos, des objets utiles durables, réparables et partageables, etc.

design by Shixie

Des chiffres, du design et de l’action

Volontairement, je ne m’étalerai pas sur les chiffres effroyables des gazs à effet de serre, de la dette des pays, des degrés du réchauffement climatique, de la montée des eaux, des déplacements que cela engendre et des conflits entre les pays, etc. Il y a déjà énormément d’articles qui en parlent, et je vous fait confiance, vous saurez les trouver, j’en suis sûr. Ou sinon, jetez un œil à cette intervention de 13 minutes de Aurélien Barrau, astrophysicien, présent au Climax Festival le week-end dernier. Je ne vous parlerai pas non plus de la responsabilité du designer (et de pourquoi il faut virer les designers de la Silicon Valley ha ha), j’en parle assez comme ça sur mon blog. Oui, on nous demande de créer, de fabriquer, de répondre à des commandes, de remplir des besoins, alors oui, nous sommes aussi responsables de ce qui se passe actuellement. Responsable dans nos choix, dans nos directions, dans ce que l’on produit, dans ce que l’on crée. Et pourtant, il ne faut pas pour autant culpabiliser et baisser les bras, car les designers on un réel rôle à jouer (là aussi, je développe le sujet sur cet article). Et je suis très heureux que cette prise de conscience prenne aussi du côté de notre belle profession, il n’y a plus un jour où je n’échange pas avec un designer pour qui l’effondrement est un sujet réel et qui essaye d’agir en ce sens.

Le design dans une dynamique altruiste.

Pour moi, et de façon intime, tout ceci est aussi une dynamique forte, un moteur gigantesque pour l’altruisme, pour penser différemment le travail, les relations sociales, l’amour, la psychologie, la consommation (ou plutôt son absence), l’alimentation, son lieu de vie actuel, les activités du quotidien, ses apprentissages, etc. Bref, vous l’aurez compris : l’effondrement est en route, c’est l’occasion ou jamais de créer avec son cerveau et ses capacités mais aussi avec son cœur. Et comme le sujet est vaste, je vous en reparlerai certainement dans d’autres articles.

Mais avant tout… voici quelques ressources

Après ce trop long exposé, je veux donc vous partager les ressources actuelles dont je dispose pour mettre à plat le sujet, me tenir informé et réfléchir de façon globale (systémique diront certains). Et comme, un des rôles du designer est de rendre le monde vivable, habitable, de faire société, de créer des communs, de partager les ressources, nous avons besoin plus que jamais, d’accompagner cette prise de conscience et d’offrir les outils pratiques de notre résilience individuelle & collective. C’est pour ça que je vous en parle ici, sur mon blog en espérant que ça résonne aussi chez vous.

Bref, je vous partage uniquement des ressources que j’ai lues, vues, écoutées, auxquelles je participe, etc. Il y en a énormément d’autres mais je préfère toujours écrire et partager les choses que j’ai pratiqué. Et donc sous la forme de différents supports :

  • Des podcasts
  • Des livres
  • Des chaînes Youtube
  • Des associations

Des podcasts

1 – Le Centre du Monde – Un podcast que j’ai découvert récemment et qui prend place au cœur du centre d’accueil de Pantin, ouvert par Médecins sans Frontières. Ce sont des jeunes mineurs réfugiés, qui partagent, racontent comment ils sont arrivés là… Une façon de voir le monde autrement et de saisir les conséquences humaines de ces ruptures de la normalité. Présentation : « Cette série originale plonge l’auditeur au cœur du centre d’accueil de Pantin, ouvert en novembre 2017 par MSF pour proposer une aide médicale, administrative et juridique aux réfugiés mineurs non-accompagnés, en collaboration avec plusieurs associations et réseaux citoyens. Pour cette série narrative, l’auteur et réalisateur Julien Cernobori est allé à la rencontre de celles et ceux qui travaillent dans ce lieu et de ceux qui le fréquentent, en s’attachant aux personnages et à leurs histoires. »


2 – Présages – Un podcast par Alexia Soyeux. Son contenu que j’apprécie énormément, est riche de par sa simplicité, sa qualité et la singularité de ses intervenants. J’y retrouve aussi ce que j’aime dans le sujet de la collapsologie, à savoir : la diversité des sujets (économie, sociologie, effondrement, etc.). Présentation : « Présages, le podcast qui questionne l’état de notre monde, les risques d’effondrement de notre civilisation industrielle, et les façons de se préparer à vivre différemment. »


3 – Sismique – Un podcast réalisé par Julien Devaureix, là aussi, les sujets sont vastes, pas trop long (parfait pour un trajet en transport ou pour sa séance de sport…) et on y retrouve des gens comme Judith Grumbach, Philippe Bihouix, et le passionnant Vincent Mignerot. Présentation : « Sismique parce que ca bouge de partout, parce que nous vivons une accélération du temps et qu’il est très probable que demain ne ressemblera absolument pas à aujourd’hui. On parle de changement d’ère, de disruption, voire de révolution, selon les sujets, et je pense que ce n’est pas exagéré. On entend parler de réchauffement climatique, de fin des ressources, de surpopulation, d’extinctions de masse; mais aussi d’innovation technologique, de transition énergétique, d’intelligence artificielle, de nano-technologies, et de promesses technologiques à peine croyables… A quoi ressemblera demain ? Comment on s’y prépare aujourd’hui ? Difficile d’y voir clair… Les sujets sont complexes, le bruit permanent et notre attention limitée.»


4 – Thinkerview – Si la chaîne Youtube n’est plus à présenter, il faut savoir que la série d’interview est également disponible en podcast. C’est simplement génial, piquant, brillant, rentre-dedans et l’on y parle de surveillance, de géopolitique, de société, de journalisme, de médias, d’économie, de sociologie, de philosophie. Présentation : « ThinkerView est un groupe indépendant issu d’internet, très diffèrent de la plupart des think-tanks qui sont inféodés à des partis politiques ou des intérêts privés.»


5 – Ligne de défense – L’émission sur RFI est signée Olivier Fourt. Très courte, soignée et très précise, elle présente en quelques minutes une actualité sur les questions de conflits et de défense à l’échelle planétaire. Si le sujet est très militaire, il permet de croiser ces informations aux sujets économiques et politiques. Présentation : « Dans un système globalisé, où les menaces prennent des formes de plus en plus variées, la chronique d’Olivier Fourt vous plonge chaque semaine, au cœur des enjeux et des problématiques de défense et de sécurité du XXIème siècle. Les acteurs d’un monde militaire en mutation.»


6 – Atterrissage – Un podcast que j’ai découvert tardivement et qui aborde les changements globaux Flore Berlingen sur le zéro déchet, Hélène le Téno sur le triple capital, Philippe Bihouix sur les low-tech, etc. Présentation : « Le podcast qui explore comment transformer notre modèle de société. Chaque semaine, je pars à la rencontre de personnes qui, conscients des limites du modèle actuel, avancent des propositions radicales pour le refonder. »


7 – Bons Plants – Si vous habitez en ville, ce podcast vous parlera directement puisqu’il va à la rencontre des gens qui jardinent sur leur balcon, ont leur ruchers en ville, on des poules dans leur petit jardin… Bref, le podcast est enregistré sur le terrain, on apprécie donc les sons, les ambiances, les silences… c’est beau à écouter. Présentation : « Tous les 15 jours, un nouvel épisode. Une série documentaire à la rencontre des acteurs de la conquête végétale de la ville.»

8 – Perspectives et frustrations – Un podcast que j’ai récemment découvert également. Il aborde de façon simple et courte un sujet sur un thème précis comme par exemple l’effondrement, l’intelligence collective, la société végane, la singularité, etc. Présentation : Le podcast PERSPECTIVES ET FRUSTRATION ambitionne de vous décrire des possibles futurs, notamment par l’analyse de récits de science-fiction, ou par la prolongation de tendances technologiques.

Des livres

Attention, le sujet est vaste et je ne vous ferai la liste que des livres que j’ai lu, pas ceux qui traînent sur Internet ou qui attendent sagement dans ma bibliothèque. La littérature sur la collapsologie est récente en tant que telle. Je ne vous partage aussi que des livres en français. Par contre, j’en ai profité pour vous glisser d’autres ouvrages comme des livres de fiction ou des ouvrages plus techniques.

  • Comment tout peut s’effondrer de Pablo Servigne & Raphaël Stevens : la révélation et la référence sur le sujet. Pablo et Raphaël parlent avec leur tête mais aussi avec le cœur de ce sujet. Un livre qui ne laisse personne indemne.
  • La Machine est ton seigneur et ton maître de Yang, Jenny Chan et Xu Lizhi. Un ouvrage assez court mais très puissant qui nous plonge dans les usines technologiques en Chine. Une façon de comprendre les conditions de travail et de les mettre en regard avec notre façon de vivre.
  • L’entraide, l’autre loi de la jungle de Pablo Servigne et Gauthier Chapelle. Un livre qui nous rappelle les mécaniques de coopérations humaines, d’entraide en tant de crise et nous rappelle que la « nature humaine » reste animale et sociale.
  • Les cinq stades de l’effondrement de Dimitri Orlov. Cet ouvrage reprend l’histoire de la chute de l’URSS et établit un ensemble d’étapes pour comprendre et vivre l’effondrement (financier, commercial, politique, social et culturel).
  • Walden, ou la vie dans les bois de Henry David Thoreau. Un livre qui raconte de façon très personnelle la vie au XIXe siècle, juste avant l’industrialisation de masse. L’auteur tourne alors le dos à la civilisation et s’installe seul, dans les bois, à un mile de tout voisinage, dans une cabane qu’il a construite lui-même, au bord de l’étang de Walden.
  • Petit ouvrage d’autonomie technologique de Claire Richard, un livre qui présente une démarche d’autonomisation numérique en parlant d’open source mais aussi de résilience informatique.
  • La fuite de Paul-Bernard Moracchini. Un roman qui nous plonge dans la vie d’une jeune homme un peu fou, éloigné de la société, qui retrouve une cabane en Corse et qui décide de s’y installer pour y vivre toute sa vie.
  • Rues Barbares de Volwest & Piero San Giorgio. Un manuel assez passionnant et extrêmement pratique sur la construction d’une base autonome durable, avec de nombreux principes de résilience urbaine. À lire et à relire.
  • Eat 2 de Gilles Lartigot, un livre d’un drôle de monsieur qui nous présente l’absurdité des modèles de consommation alimentaire contemporaine et nous présente des façons différentes de faire, au travers d’études, de projets de chercheurs, etc.
  • Guerilla de Laurent Obertone, un roman de fiction, à prendre tel quel, et qui raconte comment en trois jours, la France s’est retrouvée effondrée, sans dessus dessous. C’est précis, effrayant, et assez palpitant, comme un bon film.
  • Manuel de Permaculture de Ulrike Windsperger, un guide génial, qui décortique étape par étape et simplement la façon dont chacun peut réaliser un potager en permaculture.
  • Découvrir la permaculture, petit manuel pratique pour commencer de Robert Elger est là aussi un livre un peu plus simple et facile pour commencer à se mettre à la permaculture. Une approche fondamental du vivant y est racontée, c’est efficace et sans détour.
  • Guide de préparation aux situations d’urgence de Kathy Harrison est un livre hyper complet et qui mélange le survivalisme urbain (au sens de résilience, d’autonomie) et la famille ! Ici, tous les sujets sont pensés pour une famille, avec des enfants, à la maison… C’est vraiment très intéressant, et c’est à lire et à relire.
  • Black-Out, de Marc Elsberg, un roman de fiction qui nous raconte le plus grand black-out électrique que l’humain ai connu. Ça parle hacker, mais aussi de toutes ces situations quand l’électricité n’est plus là… Un chouette thriller donc !
  • Les gestes de médecine d’urgence de Philippe Ecalard, un guide plutôt complet qui viendra parfaire une formation de premiers secours PSC1 par exemple. Évidemment, il faut pratiquer également, cela va sans dire.

Je pourrais également vous parler de tous ces manuels que je lis en ligne, sur les soins d’urgence notamment, mais vous les trouverez vous-même sur le web.

Des chaînes Youtube

Youtube est une excellente source d’information… tant que vous arrivez à trier / filtrer et ne pas passer trop de temps en navigant lien en lien. Je vous ai sélectionné les chaînes que je regarde régulièrement. Elles sont assez diverses mais je pense que vous tisserez facilement les liens avec l’effondrement et la collapsologie.

  • Adrastia sur Youtube : des conférences et interventions de l’association Adrastia, dont le but est d’informer sur le déclin de la société thermo-industrielle et d’encourager les initiatives d’adaptation.
  • NEXT : une des meilleures chaînes Youtube sur le sujet de l’effondrement, avec d’excellentes interviews.
  • Chaillot Barnabé : la chaîne d’un type brillant qui monte de chouettes projets en autoconstructions (des panneaux solaires au rocket stove)
  • Alexandre Duclos : une chaîne sur l’anthropologie politique.
  • Avenir & permaculture : une chaîne sur la permaculture, les greffes, la tailles des arbres, etc.
  • Primitive Technology : la chaîne d’un passionné de la préhistoire qui reproduit les gestes des premiers hommes en fabriquant des huttes, des briques, une mini forge, etc.
  • David Waelder : un type qui fabrique des trucs dans son garage. De bonnes idées, de bonnes méthodes, pas toujours très classiques.
  • Deep Green Resistance France : la chaîne du mouvement radical Deep Green Resistance, de chouettes documentaires, parfois un peu de propagande, il faudra faire le tri.
  • Effondrement TV : quelques documentaires sur l’effondrement. La chaîne n’est hélas plus mise à jour.
  • Jean-Marc Jancovici : la chaîne de cette figure passionnante sur l’effondrement, plus précisément du climat et de l’énergie. Allez-y à petite dose quand même.
  • La Révolution dans nos Assiettes : nature, cuisine et évolution, ce monsieur un peu fou nous partage son potager, ses réflexions, ses recettes.
  • Volwest : la chaîne du meilleur survivaliste de tous les temps. Il témoigne de sa démarche depuis 2011, c’est un incontournable.
  • Ma Ferme Autonome : grand coup de cœur pour cette chaîne Youtube, dont l’auteur nous parle en voix off de sujets toujours pertinents comme le savoir-faire du XIXe siècle, sa grange, comment faire son propre vinaigre, comment faire pousser des champignons comestibles…
  • Northmen : quand les hommes du nord de l’Europe nous racontent comment étaient fabriquées les choses d’avant : une maison en bois, un manche en liège, un tonneau, un arc, etc.
  • Permaculture & agroécologie : comprendre la permaculture de A à Z, s’y mettre doucement mais sûrement. Une chaîne parfaite pour cela.
  • Primitive survival tools : deux gars un peu fous fabriquent tout à partir de rien. Une maison, une piscine, un puits…
  • Sauveur d’un jour : la chaîne mignonne d’un couple qui présente les gestes à avoir en cas d’urgence médicale.
  • Thinkerview : la meilleure chaîne Youtube pour comprendre les enjeux stratégiques et géopolitiques de notre monde.

Des associations

Les associations sont bien utiles pour agir et échanger localement. Pour l’instant, je ne me suis pas encore plongé dans le grand bain, mais j’ai rejoins deux associations qui collent tout à fait au sujet. La première est tout simplement l’association du jardin partagé de ma ville. On y plante, on y cultive et on y récolte… Et pour moi l’idée est d’apprendre, de pratiquer et de partager. La seconde association dans laquelle je suis est tout à fait différente et adresse directement notre sujet : Adrastia. Le Comité Adrastia est une association qui a pour objectif d’anticiper et préparer le déclin de la civilisation thermo-industrielle de façon honnête, responsable et digne. Ils mettent en place des moments d’échange, des conférences et débats. Il y a aussi un passionnant forum sur lequel beaucoup échangent sur le sujet. J’en profite aussi pour vous parler de l’Institut Momentum qui fait un travail remarquable sur toutes ces questions, vous pouvez également le rejoindre, pour ma part, c’est prévu.

Conclusion avant les prochains articles

Je pense sincèrement que pour nous, designers, il faut se pencher sérieusement sur les questions d’indépendance (que l’on travaille en freelance, en ayant créé son entreprise ou même pour certains en étant salarié) afin de pouvoir se dégager du temps pour commencer à comprendre, construire et à agir autour de ces questions. Il faut également se pencher sur la résilience (en menant une politique sociale et solidaire : à l’inverse d’une startup dirons certains) et en cherchant la décroissance capitaliste (pas évident, mais on ne va pas y couper). Mais aussi se pencher sur l’autonomie (en développant et favorisant les systèmes simples, locaux, les circuits courts, en rendant autonomes ses proches, ses collaborateurs, ses clients, en investissant ses revenus dans des structures autonomes, locales et durables…). Et surtout, il faut tisser dès maintenant les liens sociaux forts pour échanger, débattre, construire ensemble et s’entraider aussi intellectuellement et psychologiquement sur ce sujet de l’effondrement. Il concerne tout le monde, c’est donc dans le collectif que cela se construira.

Bref, si vous êtes arrivés jusqu’ici, je vous invite à jeter un œil à la dernière thématique de l’émission Arrêt sur Images puisqu’elle consacre plusieurs de ses épisodes à l’effondrement. Jetez aussi un œil sur l’article de Marie-Cécile Paccard, une autre amie designer que ce sujet interpelle.




21 commentaires

  1. Article très intéressant, merci pour le partage de sources d’infos !
    Connais-tu le projet Renaissance ? Je t’invite à aller voir, ça va sûrement t’intéresser…
    Bravo déjà pour ce que tu fais et partages…

  2. Merci pour cet effort bibliographique ! Ca fait plaisir de constater qu’on est de plus en plus à lever la tête hors de l’eau. Tu le soulignes, à chacun de se mettre en route sans attendre et de propager le message pour limiter la chûte.

  3. Merci pour toutes ces ressources. Si ce n’est déjà fait je te conseile vivement la lecture de « Saison brune » de Philippe Squarzoni, un gros roman graphique de 500 pages qui est une vraie mino d’or d’information autour du réchauffement climatique.

    De mon côté je vais éplucher ta longue liste…

  4. Puisqu’il y a une rubrique Associations et que plusieurs ouvrages listés ont pour thème la permaculture, ce serait pas mal d’ajouter le mouvement des Villes en Transition, qui s’inspirent de la permaculture pour rendre les communautés urbaines plus résilientes : http://www.entransition.fr/

    1. Merci pour cette ressource 🙂 Mon article n’est pas un annuaire mais uniquement les choses que j’ai lues / vues / écoutées / que j’ai rejointes. Mais les commentaires sont plein de suggestions 🙂 Merci donc !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.