Hello à toutes et à tous 🙂

Hier, grâce à mon camarade & ami Jérémie, j’ai découvert ce document assez intéressant sur l’expérience utilisateur d’iOS 7 ! Pourquoi l’arrivée d’iOS 7 est-il un événement si important pour le marché des smartphones? La réponse est simple, le changement s’opère pour des dizaines de millions d’utilisateurs en quelques jours seulement. Imaginez la pression ;-)

Dans mon précédent article, je relevais les grosses erreurs ergonomiques et visuelles d’iOS 7, mais que cela nous plaise ou non, l’impact direct sur la perception est bien réel et j’entends souvent dire à juste titre que l’on ne peut être susceptible de juger de la qualité d’une telle interface qu’après une rapide expérience avec celle-ci.

Ce document réalisé par Pfeiffer observe les aspects graphiques et leur impact sur l’expérience utilisateur d’un point de vue cognitif. Bref, on juge de l’efficacité par le cerveau et par les chiffres. Passionnant !

En images

cogni

Le document en intégralité

[télécharger en PDF]

Il est intéressant de noter qu’une expérience, qu’une interface peut-être observée, critiquée et décortiquée de nombreuses façons. Par des tests cognitifs, par des expériences en groupe, par une analyse qui compare les codes de la nouveauté avec les codes existants, etc.




5 commentaires

  1. Attention a ce genre d’étude !

    Il me parait abusif de parler de « charge cognitive » en comptant juste les éléments d’interfaces. On parlerait plus couramment de « densité de l’information » (Cf critères heuristiques de Bastien et Scapin). Cette densité pouvant être largement influencé par des aspects graphiques et le lien avec l’aspect cognitif n’est pas évident. Par exemple, un objet trop simple, pas assez affordant, va plus solliciter la « charge cognitive » car l’utilisateur va se demander à quoi il sert.

    De même pour les UXF. Dans UXF, le U est pour Utilisateur. Je ne vois pas dans leur méthodologie la présence des utilisateurs finaux. Donc, ils peuvent raconter ce qu’ils veulent. La validité de tels résultats laisse largement à désirer. Ça ne vaut pas plus que ta rapide analyse.

    Pour faire les choses sérieusement, il aurait fallut au minimum faire une évaluation heuristique de chacun des OS, avec plusieurs inspecteurs. Et mieux, il faudrait faire des tests utilisateurs normés en notant la réussite, le temps de réalisation et la satisfaction pour un ensemble de tâches représentatives.

  2. Article intéressant mais, comme le souligne Raf, la validité de tels résultats laisse largement à désirer (surtout en ce qui concerne l’UXF). Surtout que les OS se copient les uns les autres depuis un moment maintenant.

    Les similitudes entre iOS7 et Windows Phone 8 sautent d’ailleurs tout de suite aux yeux pour les utilisateurs de ce dernier, notamment au niveau de l’ergonomie (glissements horizontaux, fenêtres pleines pour passer d’une appli a l’autre, etc…).

    Après, comme je dit toujours, qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse 😉

  3. Raf a bien résumé.
    Pour la charge cognitive je m’attendais à un test avec une mesure de l’activité réelle du cerveau. Au final c’est un terme pompeux qui cache une méthode de calcul discutable. Globalement le Nokia 3310 a une charge cognitive très faible 😉

  4. Pour ma part, étant développeur iOS, je mesure l’impact qu’a eu ce nouvel opus sur les utilisateurs et leurs attentes notamment au niveau du graphisme des applications.

    C’est pourquoi, je trouve qu’il est intéressant d’avoir, grâce à cette étude, une autre vision plus scientifique et mesurable avec des chiffres (même si évidemment les chiffres ça se discute !).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *