Qui a peur des catastrophes ? Beaucoup de monde. Qui s’y prépare ? Trop peu de monde ! Si certains d’entre vous me lisent depuis quelques années, vous vous rappelez peut-être de cet article publié en 2015 qui présentait le Tokyo Bousai, le guide de préparation japonais aux catastrophes. Tout y passe : tremblements de terre, inondations, incendies, attaque terroriste, chimique, j’en passe. Ce guide, loin d’être un guide pour les paranos est avant tout un livre graphique pour les citoyens concernés. Le titre est par ailleurs très bien trouvé puisque en japonais, le mot bousai signifie « préparation aux catastrophes« .

Récemment, j’ai eu beaucoup de chance car mon camarade Julien Guertault vivant au Japon mais de passage en France, m’a rapporté un superbe exemplaire de cet ouvrage ! Je n’ai donc pas pu m’empêcher de vous le présenter et de le feuilleter avec vous. Vous allez le voir, ce guide est une commande gouvernementale et sa qualité graphique est réellement surprenante.

Tokyo Bousai – Le guide de préparation aux catastrophes

La pagination du livre

Petite anecdote, la pagination du livre est animée ! Tellement japonais 😀

Pour la petite histoire, ce travail est le résultat d’une collaboration entre la firme de design Nosigner, l’agence de publicité Dentsu et le Département de prévention des catastrophes du gouvernement de Tokyo. La couleur jaune très lumineuse du guide permet d’être identifié très facilement et sa mise en page simple dans laquelle on retrouve des illustrations très lisibles permet non seulement de rendre l’ouvrage compréhensible mais surtout de le rendre agréable à lire à tous les âges.

Télécharger le Tokyo Bousai en PDF (en anglais)

Je vous propose également de jeter un œil à ce livre avec sa version en ligne qui a été découpée en différents fichiers PDF à télécharger.

Et encore merci Julien !




2 commentaires

    1. L’apocalypse : la disparition de l’humain ? Personne n’y survivra 😉 Si c’est le purgatoire où les bons vont au Paradis ? Je n’y crois pas. Sinon si tu parles de catastrophes gobals / mondiales, en général, on ne choisit pas forcément si on y survit ou pas je crois. Mais bon, mon instinct me dirait de survivre autant que possible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.