Depuis que je fais du design, même bien avant quand j’étais étudiant, j’ai toujours vu passer des OS surprenants (par OS, comprenez des systèmes d’exploitation comme Windows, Ubuntu, MacOS, etc.). Souvent basés sur des paradigmes interactifs futuristes, ces OS étaient parfois en 3D comme BumpTop ou encore avec des avatars comme Meego. Parfois il s’agissait aussi d’OS beaucoup plus classiques comme Chrome OS, j’avais même imaginé quelques idées de design pour FirefoxOS. Vous le savez, l’ordinateur de bureau n’a pas beaucoup changé au cours des 30 dernières années. Il est toujours construit sur les mêmes concepts : des fenêtres, des dossiers, des fichiers, un clavier, une souris. Mais nos usages changent, évoluent nous-même nous avons changé. Nous utilisons évidemment les smartphones et les tablettes comme OS principal, sans se rendre compte que l’on utilise la même chose qu’un ordinateur de bureau mais conçu différemment. Windows 8 a fait des efforts sur les fonctions tactiles de son OS, cependant, on reste encore sur une notion de bureau traditionnel qui a du mal à s’adapter aux interfaces simples que l’on retrouve sur nos appareils mobiles. Le but étant de garder une once de productivité lorsque nous travaillons avec ces outils.

Cela faisait donc longtemps qu’aucun nouveau concept d’OS ne m’avait intrigué, je vous présente donc « Neo« , un concept d’interface de système d’exploitation pour bureau d’un nouveau genre. Imaginé par Lennart Zyburski, un jeune designer berlinois, ce travail a été réalisé à l’Université des sciences appliquées de Potsdam. Néo est d’abord, construit pour les utilisateurs, ses besoins d’aujourd’hui et les technologies contemporaines. Ensuite, il dispose de tout un ensemble d’interactions gestuelles et graphiques qui semblent assez simples à comprendre et que l’on retrouve souvent maintenant sur les tablettes et smartphone (déplacement verticaux, horizontaux, drag&drop, etc.).

L’OS Neo

desk0

desk2
desk7

Les gestes et interactions en mouvement

desk5

fit1

fit2

fit3

Enfin, il reprend des codes interactifs que l’on retrouve dans les interfaces web. En effet, quand on voit certains sites Internet très simples, bien conçus, il se crée un décalage très fort entre ce qui se passe dans le navigateur et notre OS. Il y a des modes certes, mais il y a aussi de usages qui changent, des façons de lire qui évoluent. Pourquoi ne pas imaginer un OS qui évolue aussi vite que le web évolue ? Cela pourrait rendre fous certains, mais si c’est bien pensé, je pense que nous pourrions nous y plaire.

Une interface qui rappelle les interfaces web

desk3 desk4  desk6

Neo en vidéo

Enfin, tout ceci me laisse un peu rêveur. Adolescent, je me souviens avoir installé sur mon ordinateur, l’OS de l’animé japonais Serial Experiments LAIN (vous pouvez encore le trouver ici) et ça m’amusait beaucoup 🙂 Peut-être qu’un jour nous pourrons réellement concevoir notre propre OS avec un langage web simple et accessible ? Si c’est le cas, je serais ravi d’essayer… En attendant, n’hésitez pas à découvrir Neo Desktop.




7 commentaires

  1. Le concept est vraiment chouette. J’aime l’idée d’utiliser mon ordi (une Surface Pro 3 de MS, donc avec un écran tactile, et parfois un clavier) de la même façon que mon téléphone. Le fait de switcher avec les « panels » est juste super cool. On se prend plus la tête à chercher nos fenêtres.
    L’idée de pointer du regard et de faire juste un clic est également géniale.
    Par contre, le concept est encore très superficiel. Il ne voit ici que des tâches extrêmement basiques qu’on fait aujourd’hui avec…. une tablette.
    Le problème n’est pas tant d’inventer de nouveau moyen d’utiliser un OS (ni d’ailleurs d’inventer une nouvelle façon d’intéragir avec quelque chose), mais de faire passer les habitudes des utilisateurs seamlessly (ce mot anglais me plait). De les convaincre qu’ils peuvent faire la même chose en mieux. Ou pas.

  2. Il y a de bonnes idées dans Néo. Il ne faut pas oublier qu’un OS est surtout conçu pour « exploiter » la machine, à la base l’interface n’était pas si importante. Depuis une dizaine d’année l’interface d’un OS devient son identité et les utilisateurs deviennent exigeants. Surtout que le mobile a apporté une réelle fraicheur et de nouveaux concepts, comme la partie technique a rapidement été maîtrisée, l’interface a pu bénéficier de plus d’attention.

    À la fin de ton article tu parle de concevoir soit-même l’interface de l’OS, pour cela il faut ouvrir une partie du code aux développeurs. Ça rejoint ce que j’écris ci-dessus; un Os c’est beaucoup de travail donc on préfère le vendre et tout maîtriser. On constate que l’OS le plus customisable est Linux, un OS open-source : http://gnome-look.org/

  3. Alors, je n’ai peut-être pas tout saisi, mais il y a quand même pas mal de similitudes avec OSX quand on utilise un trackpad, non ? Les « gestures » sont assez similaires, que ce soit pour passer d’un « bureau » à l’autre ou appeler les app directement avec 3 (ou 4) doigts, ou travailler avec ce que l’on appelait les « spaces ». Mais, j’imagine qu’il y a plein de trucs que je n’ai pas vu. Perso, le fait de pouvoir choisir « bold », « Italic » avec cette petite « roue » au bout de mes doigts me plait bien. L’ergonomie est la base de tout.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *