Là où l’on pouvait encore attendre Apple, c’est maintenant au tour de Google de faire tourner les têtes en matière de design interactif ! En effet, depuis deux jours, toute ma timeline Twitter ne parle plus que de cette nouvelle annonce signée par les ingénieurs de Google : le projet Soli. Ce projet réside dans quelque chose de ridiculement petit et qui pourtant semble faire un grand pas en avant dans les possibilités d’interaction. Il s’agit d’un capteur. Oui, un simple petit capteur à placer partout où l’on souhaite créer des interactions gestuelles fines, discrètes et plutôt élégantes. Ne me demandez pas techniquement comme cette magie opère mais Soli est constitué d’un radar qui identifie les gestes (le déplacement) et les retranscrit en signaux numériques grâce à des ondes électromagnétiques diffusées dans un faisceau large.

gif2CjKDD5OWkAAZo9T

Une nouvelle étape vers la disparition des boutons et autres écrans tactiles ? Et dire qu’en 2014 nous en étions encore à ce stade des prototypes de montres, ou encore à ce stade sur les interfaces gestuelles qui étaient souvent basées sur les caméras ou le son.

SOLI : le design d’interaction révolutionné par Google ?

Cette vidéo me fait ainsi réfléchir sur les nouveaux métiers et les nouvelles compétences que nous allons devoir développer à l’avenir (ou dès maintenant en réalité). Parce que oui, faire du design interactif pour des utilisateurs qui n’auront sous les yeux que des choses invisibles n’est pas une mission évidente. Pour créer des interfaces sensibles, gestuelles, fines et délicates et dont dont la rétroaction (le feedback) est l’élément central à l’action, nous allons devoir aller de l’avant et chercher la poésie, la douceur, le rythme du geste, sa simplicité, sa beauté aussi.

gif1

Tout comme Siri sur iPhone apprend (et complète sa base de données) de chaque interaction vocale avec ses utilisateurs, il est fort à parier que Soli apprendra également des gestes de chacun pour mieux traduire et décoder nos mouvements-signifiants. Il sera malgré tout encore à nous de nous plier à faire le « bon geste » même si cela ne nous semble pas naturel, pas facile. Il faudra aussi se rappeler de quel geste il faut faire pour déclencher telle ou telle action.

gif3

Enfin, tout comme Twitter, Google, Apple, Nokia ou encore Microsoft ont souvent la manie de breveter des systèmes interactifs, je me demande bien si des brevets existent déjà sur nos gestes et jusqu’où l’on devra, demain, utiliser des gestes propriétaires pour interagir avec une interface.

gif4

Enfin, vous l’aurez vu sur la vidéo, les usages présentés sont encore assez limités et surtout, c’est en rendant accessible Soli aux designers, aux artistes, bidouilleurs, ingénieurs, développeurs que l’on verra aussi apparaître des usages différents, nouveaux et peut-être prometteurs ? Je suis aussi touché de voir que notre corps devient petit à petit le premier support interactif. Depuis les mains, la voix mais aussi les capteurs sur notre peau ou dans nos poches jusqu’aux micro-gestes que l’on fera demain pour activer tout un tas de bidules, de réglages de bazar. Reste à être vigilant aussi dans nos efforts technologiques et notre travail sur le numérique pour ne pas faire de nous les robots de nos robots, autrement dit, pour ne pas devenir les interfaces vivantes de nos machines.




7 commentaires

  1. « je me demande bien si des brevets existent déjà sur nos gestes »

    Le brevet protège la solution matérielle à un concept. Il n’est pas possible de breveter un comportement, ne soyez pas inquiet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *